Réflexions du Nouvel-An

Abraham Lake, le Mont Michener et la route David-Thompson, août 2013.
Abraham Lake, le Mont Michener et la route David-Thompson, août 2013. Un lieu propice à la réflexion.

Le passage à l’année nouvelle nous amène presque toujours à porter un regard rétrospectif sur l’année écoulée et à chercher à voir l’an nouveau comme une occasion de faire mieux. Je me prête aujourd’hui à l’exercice, en partie parce qu’il me semblait qu’une mise au point sur l’état et l’avenir de ce blogue était de mise depuis longtemps… et ma disponibilité pour ce faire coïncide avec l’arrivée de 2014. Mes réflexions sont trop interreliées pour être organisées de manière hiérarchique; les points que je soulèverai viendront non pas par ordre d’importance, mais plutôt dans l’ordre où ils me sont venus à l’esprit. Les réflexions sur ce blogue m’ont amené à des considérations beaucoup plus vastes; appelons donc cette courte série de messages une récollection du Nouvel-An. Je pensais à l’origine créer un message contenant mes réflexions dans leur ensemble, mais il serait trop longtemps. J’ai donc décidé de le publier en une série d’articles au cours des prochains jours.

Le temps

Est-ce que ce blogue souffre de mon manque de temps disponible pour écrire de sympathiques messages tous les jours comme je le faisais durant la première année de son existence? Oui et non. Il est vrai que j’ai un emploi du temps plutôt chargé. Il m’arrive trop souvent d’être un brin en retard dans mes projets (il me vient à l’esprit une recension de livre que je devrais écrire, car elle devait être rendue en 0ctobre… 2012. Je suis de ceux qui sont aisément distraits par des occupations qui peuvent apparaître plus «importantes» ou «urgentes» que d’autres et qui laissent ainsi tomber en plan certains projets. Ce blogue fait partie de cette deuxième catégorie. Il est clair que le fait que j’écrive ou non les articles de ce blogue ne changera en rien la destinée du monde. En fait, je suis fort conscient que ce qui a été au début une communauté assez active de blogueurs qui se lisaient et s’entrecommentaient assidûment s’est plus ou moins liquéfiée depuis. Plusieurs ont toujours un blogue semi-actif que je lis à l’occasion. D’autres ont abandonné la blogosphère, on l’espère parce que des activités plus importantes dans la «vraie vie» les occupent davantage. Ce fut un peu le cas lorsque Oyaté est entré dans ma vie, remplissant une partie de ce vide social que je comblais en publiant régulièrement et ce n’est pas par simple coïncidence si mes articles se sont faits moins réguliers après notre emménagement ensemble en septembre 2009. Lui-même a tenté du blogue, pour finalement abandonner; il a déjà assez d’autres distractions.

Dire que je manque de temps pour écrire sur le blogue est donc une demi-vérité. D’un côté, comme c’est souvent le cas dans la vie de plusieurs blogueurs, lorsque la vie réelle prend le dessus, le blogue pâtit. Cela est généralement un plus pour la personne concernée, du moins on l’espère. Dans mon cas, il y a du plus et il y a du moins. Une partie de mon occupation du temps est évidemment la raison qui m’a amené en Alberta: le travail. Celui-ci est devenu beaucoup plus intense avec le passage des années (c’est déjà ma septième année au collège), mais pas toujours plus épanouissant. J’y reviendrai; cependant, dans la dynamique de cette récollection, ne ne peux m’empêcher de penser qu’il me faudrait peut-être réévaluer certaines priorités ou orientations professionnelles pour recentrer mes énergies sur ce qui me motive davantage et, soyons réalistes, ce qui pourra aussi avoir le meilleur impact sur ma carrière dans son ensemble.

Deuxième partie: Le manque d’intérêt

Publicités

2 commentaires sur « Réflexions du Nouvel-An »

  1. Oui, il est bien probable que les célibataires et/ou les retraités soient plus actifs dans la blogosphère que les gens qui travaillent une grande partie de la journée et ont le soir une vie de famille. Il y a aussi un autre phénomène qui concurrence les blogs. Il s’agit de développement des réseaux sociaux. Certaines personnes qui publiaient naguère sur leur blog leurs petites aventures et réflexions de la vie quotidienne le font maintenant sur leur page Facebook. Certains photographes qui utilisaient leur blog comme une galerie utilisent maintenant des sites spécialisés comme 500px ou Flickr. On peut se demander si les blogs ne risquent pas de tomber en désuétude ou en tout cas d’être complètement absorbés par les réseaux sociaux. Ce serait à mon avis dommage parce que les réseaux sociaux ont une présentation beaucoup plus uniforme, standardisée…

  2. La déchéance des blogues est un sujet de conversation depuis au moins une demi-douzaine d’années… et pourtant, la blogosphère n’est pas disparue et l’activité y règne toujours, même si, comme tu le dis, elle devient peut-être plus spécialisée. Flickr est probablement une plateforme plus adaptée au partage de photographies (ou certains fournisseurs de blogues comme Tumblr) qu’un site généraliste de blogues, ou même que Picasa. Cela dépend probablement de certaines préférences techniques mais aussi du type de «conversation» que l’on cherche à avoir sur la Toile. Effectivement, si la blogosphère disparaissait entièrement pour cause d’étiolement et de dispersion sur d’autres plateformes, il y aurait un appauvrissement du discours (étrange retour des choses, car au début de la blogosphère, on l’accusait de diluer la qualité du discours sur la Toile).

Les commentaires sont fermés.