Retour à la vie

Centre-ville CalgaryBon. Je vous ai négligés depuis quelques semaines. Il y a d’abord eu le course à la correction des travaux et examens de fin de session… puis une série de réunions, puis… enfin, toutes sortes de babioles que l’on doit faire en fin d’année: rédiger des rapports, préparer les commandes de livres pour l’année suivante, sans compter les projets que l’on a mis sur la glace pendant l’année scolaire et qui reviennent nous hanter. Nous avons même eu droit à une conférence à l’Université Mount-Royal de Calgary qui s’est avérée fascinante — j’y reviendrai — et qui m’a donné l’occasion, en demeurant à un sympathique couette et café tenu par des francophones, de prendre le cliché du centre-ville de Calgary qui illustre cet article. Oui, c’était la vue de l’auberge.

FratelliLes chats ont aussi commencé à bénéficier de la température qui est enfin devenue à peu près saisonnière (j’ai passé une partie de l’après-midi à arracher des pissenlits et il faudra que je tonde le gazon demain). Ces deux-là, les frères Chatamazoff, ne vont toujours pas dehors et n’iront probablement jamais. Ils deviennent impossibles à faire rentrer dans la maison… sauf lorsqu’ils le décident par eux-mêmes.

Little Ice CreamSigne évident que le printemps a enfin décidé de se pointer, notre crèmerie locale a enfin ouvert ses portes le 24 avril dernier. Bon… il y a eu quelques journées de neige par la suite, mais rien de bien grave. Oui, nous avons déjà commencé à accumuler les estampilles sur notre carte de fidélité.

Sauce BBQJ’ai aussi eu une surprise l’autre jour en faisant l’épicerie. Un petit peu de chez-nous qui est disponible sur les tablettes. Évidemment, comme ça contient autant de sel que j’en consomme habituellement pendant une année entière, on évite les abus, mais disons que cela a donné un goût particulièrement délicieux aux sandwich chaud à la dinde que j’ai préparé avec des restes de la dinde de Pâques…

Nouveau pare-briseEt enfin, ceux qui me suivent sur Fesse-de-Bouc le savent déjà, mais il y a un périple qui se prépare pour bientôt, d’où le besoin, après avoir fait la toilette printanière de Clio, de lui faire remplacer son pare-brise (il était fendu depuis le mois d’octobre, des suites de sa rencontre avec un OVNI sur l’autoroute, un accident par trop commun dans les Prairies). Clio est fin prête et je vous donne davantage de détails bientôt! Pour l’instant, je m’affaire à planifier le tout (les réservations sont maintenant faites pour toutes nos nuitées) et surtout à finir le travail que j’ai à compléter avant de partir en voyage, notamment écrire le texte de ma présentation à la conférence de la Société pour l’avancement de la pédagogie dans l’enseignement supérieur qui justifie ce voyage. Il s’agira d’un périple combinant la présentation, un projet de recherche émergent, et des visites à des gens que je n’ai pas vus depuis longtemps et que je me languis de retrouver.

Pour celles et ceux que cela intéresse, notre trajet devrait être le suivant à l’aller:

Aller prévuPuis au retour:

Retour prévuEt contrairement au Grand Dérangement de 2007, cela devrait se faire à un rythme plus humain.

Publicités

11 commentaires sur « Retour à la vie »

  1. Me semblait aussi que ça faisait un ti-boute que tu n’avais pas rien écrit en ses pages… Re-bienvenu parmi les vivants…

  2. Mortecouille, 10,000 bornes?! J’espère que vous avez plein de musique et de podcasts en réserve 🙂 (c’est pour quand ce voyage?)

  3. Mazette, c’est quoi un rythme humain pour un tel trajet ? Une année sabbatique ? 🙂
    Sinon je n’ai pas compris pourquoi arracher les pissenlits et enfermer les chats ?

  4. Dr. CaSo, ce n’est qu’un petit voyage de rien du tout… 🙂 Oyaté a fait le plein de DVD en préparation du voyage. Pour ma part, je sais fort bien que si je ne conduis pas, je vais dormir…
    Dieudeschats, un mois. Quant au pissenlits, c’est une nécessité si on tient un tant soit peu à sa pelouse… et une obligation légale dans notre cas, car ça fait partie des exigences de notre bail. Aussi, si on les laisse pousser, les voisins peuvent nous causer des ennuis. Quant aux chats, j’ai déjà expliqué ailleurs sur ce blogue qu’il est interdit de les laisser se promener librement à Red Deer par règlement municipal. De plus, nous demeurons près d’une artère très passante et leurs chances de survie si on les laissait se promener seraient fort réduites. Les deux qui ne peuvent pas sortir de la maison, même dans la cour arrière, le sont à cause de leur comportement lorsqu’ils sortent: ils deviennent sauvages et difficiles à faire rentrer.

  5. C’est fou comme un peu d’air frais transforme de gentil Felis Catus Domesticus en Felis Pantheris Leo…

  6. Boris ces deux-là ont une histoire particulière. Ayant commencé leur vie à l’état quasi-sauvage, ils se mettent automatiquement sur le mode «défensif» lorsqu’ils sont dehors. Il faudrait que nous puissions les acclimater graduellement à l’extérieur (et nous avons essayé avec Oscar), mais la difficulté est de les faire rentrer s’ils ne le décident pas d’eux-mêmes. Comme nous ne pouvons pas toujours attendre leur bonne volonté, ça rend les occasions de les acclimater plutôt rares.

  7. Je ne comprends pas comment l’inoffensif pissenlit peut être un tel fauteur de troubles qu’il soit cité dans les baux et mal vu des voisins ? Nous avons ce genre de règlements pour les chardons (obligation de destruction), peut-être utilisons-nous des termes différents pour cette même plante ?

    C’est juste, j’avais oublié que la divagation des chats était interdite chez vous 😦 Note que ça peut être un cercle vicieux : ils ont d’autant moins envie de rentrer s’ils savent que l’occasion ne se représentera pas de sitôt ! Pour l’acclimatation progressive : la laisse ? (pas convaincue moi-même, mais bon ^^)

  8. Juste un petite question: me semble t’avoir entendu dire, dans une autre vie sans doute, que le dessus du frigidaire était un lieu interdit pour les Felis Catus Domesticus…

  9. Incroyable periple, j’aurais fait un crochet par Chicago si c’etait moi tant j’en ai entendu de bonnes choses !! il faudra faire plein de photos et nous inviter a un diaporama a votre retour, j’ai hate de m’en mettre plein les mirettes.

Les commentaires sont fermés.