Je ne sais pas trop quoi en penser…

Gougueule a décidé de rendre disponible à ses usagers certaines des données géographiques que cette firme collecte via, bien sûr, la géolocalisation des appareils connectés, principalement les ordiphones, que possèdent ses usagers. Quelque part, c’est amusant: on peut retourner dans le temps (jusque quelque part fin 2013) et retracer ses pas… C’est aussi, comment dire, quelque peu inquiétant: on se sent presque traqué.

Google Map July 11 2015La photo ci-haut représente ce que Gougeueule a retenu de mes déplacements à Vancouver le samedi 11 juillet dernier, après la fin de la session de formation d’une semaine que j’ai suivie au Museum of Vancouver dans le cadre du Historical Thinking Institute. C’était d’ailleurs la raison de ma présence à Vancouver.

On peut donc voir, sur cette carte (et sur l’itinéraire qui apparaissait à gauche de la carte mais que je n’ai pas inclus dans l’illustration) que j’ai passé la matinée à l’Université de la Colombie Britannique (où nous présentions nos travaux de fin de cours), puis que je suis revenu à l’appartement que je louais avec W près de Kitsilano, avant d’aller dîner avec lui (ça, Google ne le saurait qu’en combinant nos deux télémétries) chez Max’s Deli et de visiter ensemble l’exposition sur c̓əsnaʔəm au centre culturel Musqueam. Par la suite, nous avons fait un peu de tourisme dans Gastown, puis sur l’île Granville, où nous avons acheté quelques souvenirs et accessoires qui serviront à l’enseignement. Nous avons ensuite pris le chemin de Vancouver-Nord pour y souper, et enfin revenir à notre condo loué.

Un outil amusant permettant de me remémorer ce que j’ai fait un certain jour? De quoi me permettre de prouver à mon employeur que j’emploie «bien» le temps qui m’est imparti pour mon développement professionnel? Ou un moyen de filature un peu inquiétante?

C’est tellement précis que, si on zoome au plus près, on peut voir son propre parcours à l’intérieur d’un centre d’achats. Dans l’itinéraire, les lieux apparemment visités apparaissent et Gougeueule nous invite à confirmer (ou à changer) ces lieux… de quoi nous apporter de la publicité de plus en plus ciblée, quoi (car on sait tous que c’est la source principale de profit de cette entreprise qui offre ses services «gratuitement». Il est bon de se rappeler que lorsqu’un service est offert à titre gracieux, ça veut tout simplement dire que le produit est son utilisateur et non l’inverse. Évidemment, ça marche par points de repère, et la route pour se rendre d’un endroit à l’autre est souvent un peu approximative (surtout si elle est parcourue un peu rapidement, en voiture, par exemple), mais c’est quand même impressionnant.

Quant à la collecte de données, elle est évidemment automatique. On peut choisir de ne pas les voir, mais il est impossible d’empêcher Gougueule de les recueillir. Cette nouvelle fonctionnalité permettant aux usagers de voir ce qui a été recueilli est, en quelque sorte, un effort de transparence… mais qui en révèle des tonnes sur les données qui sont recueillies sur nous par les outils technologiques que nous utilisons.

Pour en savoir davantage: Consulter et gérer son historique Google Maps et l‘article de Radio Canada qui m’a appris l’existence de cette nouvelle fonction (lu, évidemment, sur mon ordiphone).

Publicités

16 commentaires sur « Je ne sais pas trop quoi en penser… »

  1. Rien ne m’étonne plus. Je n’ai pas l’utilité de ce genre d’appareil, donc, je n’en possède pas. C’est une maladie mentale, de tout vouloir contrôler, tout vouloir surveiller. Ceux qui comptent exploiter ces renseignements pour faire des publicités ne se rendent pas compte que, noyées au milieu des milliers d’autres, elles seront invisibles. Le subliminal aussi a ses limites et ce sont celles des êtres humains, qui ne peuvent, contrairement aux machines, engranger plus d’une certaine quantité d’informations sans les structurer, ce qui ne peut pas se faire sans conscience. Le contexte économique occidental est tel que le nombre de ceux qui achètent autre chose que l’indispensable est de plus en plus réduit. Ce n’est qu’un signe de plus que quelque chose leur échappe.

  2. On peut désactiver la localisation géographique quand on n’en a pas besoin, ce qui empêche un traçage systématique. Mais il y a un autre problème. De plus en plus d’applications pour smartphones ne s’installent que si l’utilisateur leur accorde l’accès à la plupart de ses données, y compris ses identifiants, son carnet de contacts, les numéros d’origine des appels téléphoniques reçus, etc. Les données potentiellement recueillies ne vont pas chez Google, mais dans les entreprises qui éditent ces applications aussi banales que des services météo ou même des systèmes de commande d’éclairage dans votre maison ! On atteint un seuil très inquiétant, mais le plus inquiétant c’est que la plupart des utilisateur l’acceptent sans broncher.

  3. Aaaaahhh …. le  » Marronnier  » ! ( en Gaule , les sujets récurrents censés passionner les foules pour les Journaux ) …… Nous sommes dans le village global , n’est ce pas ?
    Or….. dans le moindre village , tout le monde observe tout le monde ! Même dans les villages les plus reculés de la civilisation …. Alors ? même ma cousine sans smartphone est surveillée dans son village isolé de Normandie profonde . C’est juste une variante de technologie !
    Et …. ceux qui ont quelquechose à cacher savent trés bien contourner le probléme .

  4. Et la surveillance dans le moindre village est universelle : sur chaque Continent de notre Planête ……………………………………………………………. Occidentale ou pas !

  5. Ah ben ça, c’est un peu tard pour ne plus être traqués d’une façon ou d’une autre! J’apprends énormément de choses intéressantes depuis que je regarde cette série, CSI:cyber, qui explique justement tous ces aventages et inconvénients des téléphones portables, la wifi, les chargeurs publiques, et internet en général. Fascinant, et effrayant… mais c’est trop tard!

  6. Merci de vos commentaires. En passant, tout ceci (le traquage) ne me surprend pas. Je suis loin d’être naïf et je sais très bien qu’en utilisant des appareils connectés, j’accepte implicitement ce traquage… et son instrumentalisation à des fins mercantiles. Il y a quand même des limites, toutefois. Je refuse de confirmer mes positions à Gougueule… qui dit très clairement que cela pourrait servir à m’offrir des produits ciblés.

  7. Soyons positifs ! ….. Y a aussi du bon !!! Je cherchais un siége de WC sur Amazon , la semaine derniére …. Eh bien ! depuis je reçois plein d’infos sur ces siéges de WC de toutes marques et de toutes technologies !! Oui ; oui un siége de WC peut être technologique !! Je suis devenu un spécialiste de la Lunette de chiottes , grâce à ça ….;))

  8. Et ce n’est pas une question Hi Tech Occidentale ….. A Lagos , dans les Go Slow , il suffisait de demander à un vendeur à pied s’il avait un CD des Beatles ou une calculette Casio …et des dizaines de vendeurs tapaient à ma vitre de 4×4 pour m’en proposer à tous les prix …. ;-D

  9. ….. et ILS se SOUVENAIENT Trés bien de moi lors de mes passages à ces carrefours embouteillés …. ils couraient pour me proposer un tas de trucs à tout PETIT prix .
    J’étais donc fiché sans même Internet !!! Village GLOBAL je vous le dis ! GLOBAL !!!! ;-D

  10. Aaaaahhh , l’AFRIQUE !!! Plus inventive qu’on ne le croit !!!
    D’ailleurs = les Fast Foods dans les rues , il les pratiquent depuis des siécles !! bien avant Mac Do et les Food Trucks occidentaux ……………….

  11. Petit rectificatif: comme indiqué plus haut, et dans ton premier lien, il est tout à fait possible de:
    1) dire à google d’arrêter de traquer tes déplacements
    2) effacer complètement l’historique de traquage.
    C’est ce que j’ai fait il y a des années dès que j’ai découvert cette « fonctionnalité »…

  12. Oh… on peut bien leur dire de ne pas nous traquer, mais tout ce qui se produit est qu’on ne voit plus qu’ils nous traquent. Google est une compagnie publicitaire, ne l’oublions pas.

  13. j’ai visité il y a quelques années le musée du MOA où tu as fait ta formation, j’ai beaucoup aimé..juste quelques mots en passant! bonne journée (tu as presque autant de chats que moi..ah lala, pauvres de nous)

Les commentaires sont fermés.