Petit sucré en fin de semaine…

2016-01-09 21.56.34

Z’avez faim? J’ai réalisé ces tartelettes début janvier, question de festoyer pour le Nouvel-An sans s’empiffrer d’un gâteau bourratif. Et les tartelettes aux fruits ont toujours été parmi mes favorites. Pour ce faire, je me suis inspiré de la recette de tarte aux bananes à la crème de la toujours très fiable Stephanie Jaworski. J’ai depuis découvert qu’elle avait sa propre recette de tarte aux fruits, qui ne diffère de ces tartelettes que par la croûte et, bien entendu, la garniture. Les proportions sont pour une tarte de 20-23 cm; j’ai doublé la recette pour obtenir huit tartelettes. La description de la recette fait paraître la préparation de ce dessert plus complexe que ce ne l’est en réalité:le tout a été réalisé en moins de trente minutes.

Donc, pour la croûte sablée, il faut:

  • 1 tasse (130 g) de farine tout-usage
  • 1/3 tasse (35 g) de sucre à glacer
  • Une pincée de sel
  • ½ tasse (113 g) de beurre non-salé froid, coupé en cubes d’environ 1 cm

Mélanger les ingrédients secs au robot culinaire, puis ajouter le beurre et pulser jusqu’à ce que l’appareil commence à s’agglomérer. Presser ensuite la pâte (pas besoin de former une abaisse) dans les assiettes à tartes à fond amovible. Placer au congélateur une quinzaine de minutes. On peut piquer la pâte à la fourchette et la couvrir de riz / pois secs / poids à tarte déposés sur une feuille de papier parchemin avant d’envoyer au four préchauffé à 450° F (220° C) pendant une quinzaine de minutes, jusqu’à ce que la croûte commence à brunir.

Pendant ce temps, on prépare la crème pâtissière:

  • 1¼ tasse (300 ml) de lait
  • ½ gousse de vanille coupée sur sa longueur (ou 1 c. à thé (5 ml) d’extrait de vanille)
  • 3 gros jaunes d’œufs
  • ¼ tasse (50 g) de sucre blanc granulé
  • 2 c. à table (2o g) de farine tout-usage
  • 2 c. à table (20 g) de fécule de maïs
  • 1 c. à table (15 ml) de rhum (optionel)

Mélanger le sucre et les jaunes d’œufs dans un bol. Fouetter ensemble la farine et la fécule et ajouter au mélange de sucre et de jaunes d’œufs. Mélanger jusqu’à l’obtention d’une pâte onctueuse. Dans une casserole, faire frémir le lait et la gousse de vanille (si l’on utilise l’essence de vanille, l’ajouter seulement après l’ajout des autres ingrédients); retirer du feu et retirer la vanille, puis ajouter progressivement au mélange d’œufs en brassant constamment pour éviter la coagulation. On peut passer au tamis si des grumeaux se forment. Faire chauffer le mélange à feu moyen jusqu’à ébullition, tout en brassant constamment jusqu’à ce que la crème commence à épaissir (30-60 secondes). Ajouter l’essence de vanille si l’on n’a pas utilisé erser dans un bol et couvrir de pellicule plastique déposée directement sur la crème pour laisser refroidir à la température de la pièce. On peut verser directement dans les croûtes sans refroidir, mais la croûte risque de ramollir.

L’assemblage est simple: on verse la crème dans les croûtes, puis on couvre de fruits frais. Malheureusement, en hiver, cela veut dire de fruits importés: ici, mangue, mûres, kiwis et fraises. On peut aussi utiliser des fruits en boîte bien égouttés. Si l’on ne consomme pas immédiatement, on couvre les fruits d’un glaçage à l’abricot pour éviter qu’ils se dessèchent et ratatinent. Pour ce faire, on délaye ½ tasse de gelée d’abricot avec une cuillère à thé d’eau. On fait chauffer le tout, on filtre les grumeaux au tamis et on badigeonne les fruits. Dans sa recette de tarte aux fruits, Stephanie recommande aussi de recouvrir la croûte de cette gelée d’abricots avant d’y verser la crème pâtissière pour éviter le détrempement de la croûte.

Et c’est, évidemment, un délice.

Publicités

2 commentaires sur « Petit sucré en fin de semaine… »

  1. Très appétissant. J’ai adopté l’alimentation bio depuis quelques mois et je pourrais me procurer presque tous ces fruits en bio, sauf les mûres, à part si j’attends l’été :-).

  2. J’aimerais bien obtenir tout ça en fruits organiques, mais d’une part, c’est hors-saison, et d’autre part, à part les fraises, rien de tout ça ne pousse à proximité de chez nous… Mais bon, Il faut parfois profiter des avantages que nous offre le commerce international.

Les commentaires sont fermés.