Biscuits à la farine d’avoine de mon adolescence

Biscuits farine avoine

J’ignore combien de lecteurs ou lectrices de ce blogue ont, comme moi, vécu leur cours secondaire dans les années 1980, ayant à subir certains cours obligatoires qui ne m’ont pas laissé un grand souvenir durable: initiation à la technologie (IAT), éducation au choix de carrière (ECC), économie familiale (éco-fam), et j’en passe d’autres enseignement religieux (relish). Et pourtant… En fait, j’ai surtout été surpris, lorsque j’ai rencontré des gens d’ailleurs au Canada, de constater que le Québec semble avoir été le seul endroit à avoir abandonné lorsque j’étais adolescent la ségrégation sexuelle dans certains de ces cours. Bien de mes contemporains ayant fait leur cours secondaire hors du Québec ont subi le cours de «shop» (IAT pour nous) s’ils étaient des garçons et le cours d’économie familiale (domestic science) s’ils étaient des filles. Chez nous, c’était garçons et filles dans la même classe: en deuxième secondaire (8e année hors-Québec), économie familiale et en troisième secondaire (9e année), IAT.

De mon cours d’économie familiale, j’ai retenu quelques petites choses, comme des règles de base en cuisine et c’est depuis ce temps-là que je mange un bol de céréales tous les matins, question d’assurer une dose suffisante de calcium dans mon alimentation (parce que je ne suis pas vraiment fan du lait seul). J’ai aussi conservé quelques recettes apprises cette année-là, dont cette recette de biscuits à la farine d’avoine de très loin supérieurs à ceux du commerce et si faciles à réaliser. Cela se fait en deux étapes: on prépare d’abord une pâte de base qui se conserve plusieurs mois et qui permet de préparer quatre recettes de biscuits. Personnellement, je double la recette de base et je prépare généralement deux portions de la recette finale (on double les ingrédients). Cela permet de réaliser une vingtaine de gros biscuits plutôt que des petits. Les gros ont moins tendance à sécher.

Pâte de base:

  • 3 tasses (750 ml) de farine tout-usage
  • 3 tasses (750 ml) de farine d’avoine (celle qui sert à préparer le gruau rapide; on peut aussi, pour une texture plus intéressante, intégrer jusqu’à une tasse de gruau traditionnel et deux tasses de gruau rapide).
  • 2 tasses (500 ml) de sucre blanc granulé
  • 1 c à thé (5 ml) de bicarbonate de soude
  • 1 c. à thé (5 ml) de poudre à pâte
  • 1 tasse (250 ml) de beurre ou de shortening (le beurre a bien meilleur goût) à la température de la pièce.

Mélanger le tout avec les mains jusqu’à l’obtention d’un mélange homogène. Conserver dans un contenant hermétique jusqu’à trois mois au garde-manger.

Biscuits:

  • 2 tasses (500 ml) de pâte de base
  • 1 œuf, légèrement battu
  • 1 c. à table (15 ml) de lait
  • 1 c. à thé (5 ml) d’essence de vanille
  • On peut ajouter, au goût, jusqu’à une demi-tasse de brisures de chocolat, de fruits secs, ou de noix hachées ou d’autres ingrédients au goût [mon ajout à la recette originale].

Battre ensemble les ingrédients liquides, puis ajouter les ingrédients secs et bien remuer jusqu’à l’incorporation des liquides et la formation d’une pâte. Façonner en boulettes entre deux cuillers et déposer sur une tôle à biscuit graissée ou parcheminée. Faire cuire au four préchauffé à 400°F (200°C) de dix à vingt minutes, selon la grosseur des biscuits. Ils sont cuits lorsqu’ils sont secs en surface et commencent à légèrement dorer. Conserver dans un contenant hermétique.

Advertisements

Un commentaire sur « Biscuits à la farine d’avoine de mon adolescence »

Les commentaires sont fermés.