De la grande visite!

Sinclair

Hier soir, dans le cadre de la série annuelle «Perspectives: Canada and the World» organisée par mon département, nous recevions l’Honorable juge (et bientôt sénateur) Murray Sinclair, président de la Commission de vérité et réconciliation du Canada, qui a terminé son mandat et rendu son rapport en décembre dernier. Ce fut un moment très fort. Rude pour les émotions aussi.

Drummers

Étant donné le prestige du personnage et l’importance de la Commission, le collège avait mis les bouchées doubles, même s’il y a eu quelques faux pas dans la préparation. Il y avait des tambours d’honneur à l’entrée du Centre des Arts pour accueillir les visiteurs de la conférence publique d’hier soir. Celle-ci a permis de faire un tour (rapide) de la question et d’évoquer des pistes de réconciliation. L’homme se présente en toute simplicité et avec l’humour charactéristique des Autochtones. J’ai pris des notes. J’ai pleuré à quelques reprises. J’ai été ému. J’ai appris. J’ai aussi été transformé. Mais j’ai surtout constaté l’impact de ses paroles sur la salle qui était presque comble.

Gigueurs

Après une période de question où, paraît-il, je me suis fait remarquer (d’après les diverses personnes qui m’ont parlé depuis), la conférence s’est terminée par une gigue métisse et un chant d’honneur pour les survivant(e)s et leurs descendant(e)s.

Sinclair1

Dans la foulée de la conférence publique, comme c’est l’habitude, on avait droit à un petit rassemblement pour les responsables de l’événement ainsi que, cette fois, pour diverses personnes des communautés autochtones environnantes et, bien entendu, pour nos étudiant(e)s autochtones qui voulaient rencontrer M. Sinclair dans un contexte plus intimiste. Ce fut sympathique.

Ce matin, il y avait un déjeûner pour «VIP» auquel j’avais été invité, mais j’ai préféré passer l’invitation à une étudiante autochtone particulièrement dynamique, car je considérais que ce n’était pas ma place d’être présent. Comme Oyaté ne se sentait pas à l’aise d’être en compagnie de «dignitaires» collégiaux, notre amie a fort bien rempli ce rôle. Et puis, ce matin, il y avait la conférence gratuite pour les étudiants. Encore une fois, salle comble, même si c’était surtout parce que plusieurs d’entre nous avions inclus des devoirs liés à l’événement. La présentation de ce matin m’a toutefois affecté bien davantage au plan émotif et lorsqu’il m’a fallu quitter avant que la période de questions soit terminée (il me fallait aller enseigner), j’ai eu de la difficulté à commencer mon cours, la gorge nouée par l’émotion.

Le temps manquait pour vraiment approfondir les nombreuses questions que j’aurais voulu lui poser… puisque M. Sinclair rentrait à Winnipeg cet après-midi, mais son trop bref passage chez nous a secoué les consciences. Reste à voir si les beaux mots de notre président d’hier soir se matérialiseront et que nous prendrons enfin, comme institution, nos responsabilités face à nos étudiant(e)s autochtones, mais aussi en tant que partenaire nécessaire du processus de réconciliation.

Quant à moi, bien que j’aie lu le rapport sommaire publié en mai 2015, il me reste maintenant à m’attaquer au rapport final dont je vous remets une photo en conclusion.

TRC Report Fronts

En complément: Communiqué de presse du collège suite à la visite de M. Sinclair.

2 commentaires sur « De la grande visite! »

  1. Je viens de regarder les 3 heures 45 de la webémission qui avait été diffusée en direct le 15 décembre 2015 et à laquelle participaient, en plus du juge Murray Sinclair, d’autres personnes dont l’intervention a été très intéressante et parfois émouvante.
    Avec cette Commission de Vérité et Réconciliation, le Canada donne un exemple qui devrait être suivi par toutes les autres nations qui pratiquent ou ont pratiqué une politique nationale de mise à l’écart de certains, dont les traditions ou la religion ne sont pas celles de la majorité, et de négation de l’équité due à tous.
    Je suis française et mon pays fait partie de ceux dont le gouvernement clame haut et fort que la lutte contre le racisme et l’antisémitisme est son combat quotidien mais fait tout le contraire dans les actes concrets qu’ils entreprennent contre l’intérêt de tous.
    La très grave propagande anti-musulmane (savamment soutenue par des attentats dont l’opportunité est plus que suspecte) qui sévit en Europe n’en est que le dessus de l’iceberg. Les mots de « dérive sectaire », « folklore » ou « farfelus » sont courants pour désigner les adeptes d’autres traditions généralement polythéistes qui s’appuient sur la civilisation celte européenne d’avant le désastre romain qui a généralisé le christianisme par la force.
    Les manuels scolaires sont remplis de phrases assassines qui dénigrent tout ce qui n’est pas fidèle au modèle qu’on voudrait imposer.
    Tout le travail reste à faire chez nous. Bravo à vous de l’avoir entrepris à travers cette recherche de l’histoire des enfants de ces pensionnats.

Vos commentaires sont toujours appréciés!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s