Pas surpris

Thomas Mulcair après l'annonce du résultat du vote concernant son remplacement à la tête du NPD, Edmonton, 2016. Image tirée du site de Radio-Canada. Cliquez pour accéder à l'article original.
Thomas Mulcair après l’annonce du résultat du vote concernant son remplacement à la tête du NPD, Edmonton, 2016. Image tirée du site de Radio-Canada. Cliquez pour accéder à l’article original.

Soyons clairs: j’ai toujours soutenu le Nouveau Parti Démocratique (NPD), un parti de centre-gauche pour nos amis d’outre-mer. J’ai voté NPD, contre vents et marées, avant que ce soit «populaire». Je ne suis pas nécessairement d’accord avec tous les éléments du programme du parti, mais il demeure le parti avec lequel j’ai le plus d’atomes crochus au plan idéologique. Cela remonte à très longtemps et provient partiellement du fait que je suis issu d’une famille ouvrière, mais aussi que j’ai toujours été profondément convaincu que l’un des rôles d’un gouvernement dans un État moderne consiste à redistribuer la richesse, ce que le système capitaliste laissé à lui-même ne fera jamais.

Lors des dernières élections fédérales, j’ai même affiché (pour la première fois) mes convictions en devenant membre du parti et en installant une affiche sur la pelouse (laquelle, à ma grande surprise, n’a été ni enlevée, ni vandalisée). Je savais que, dans la circonscription où j’habite, mon vote serait symbolique, mais peu importe. J’étais quand même déçu du chef du parti, surtout lorsqu’il a commencé à prendre peur et à rediriger le parti davantage vers le centre que vers la gauche. Cela ne me surprenait pas: il est issu du parti libéral du Québec, l’équivalent provincial du parti conservateur fédéral. Qu’il soit au NPD est une contradiction en soi. Qu’il prenne autant le contrôle des orientations politiques d’un parti axé sur une base de gauche m’inquiétait. Mais c’était quand même mieux que l’alternative. Je l’avoue: c’est avec un certain soulagement que j’ai vu les libéraux de Justin Trudeau prendre le pouvoir. Et jusqu’ici, ils ont à tout le moins pointé dans une direction qui corrige plusieurs des abus des dix dernières années de règne conservateur.

Je n’étais pas présent au congrès national du NPD en fin de semaine à Edmonton. Ce n’était pas par manque d’intérêt, mais je n’avais pas 500$ à débourser en frais d’inscription, sans compter les autres frais (hébergement et autres) afférents à un séjour de trois jours dans la capitale. De plus, même si je suis un supporter, je ne suis pas une bête politique et je doute que j’aurais aimé être au milieu d’une assemblée ultra-partisane. Toutefois, si j’y avais été, j’aurais moi aussi voté avec les 52% qui ont donné leur pied au derrière du chef Mulcair et qui demandent un remplacement. Ce sera une période pénible et déchirante, surtout avec l’adoption par le congrès national du programme proposé intitulé Un bond en avant (Mao, quelqu’un?) pour discussion. Il est clair que le NPD albertain n’est pas d’accord avec une politique qui minera davantage la confiance du gouvernement provincial auprès de l’électorat albertain, à moins que le NPD provincial prenne franchement ses distances d’avec le parti national.

Rachel Notley au congrès 2016 du NPD à Edmonton. Image tirée du site anglais de Radio-Canada. Cliquez sur l'image pour accéder au site.
Rachel Notley au congrès 2016 du NPD à Edmonton. Image tirée du site anglais de Radio-Canada. Cliquez sur l’image pour accéder au site.

Les tensions étaient clairement exposées par les réactions contradictoires réservées à la première ministre provinciale Rachel Notley et celle réservée à Mulcair. Alors que Notley a reçu une ovation monstre, Mulcair, pour sa part, a eu droit à un appui beaucoup plus réservé.

Ceci dit, j’aurais bien aimé être là pour entendre cet exposé, toujours aussi lucide et cinglant, de Stephen Lewis, en clôture du congrès. Pour qui ne voudrait pas se taper la demi-heure de vidéo, lire le compte-rendu que Neil MacDonald en fait ici. Et voilà… c’est le début d’une course à la chefferie qui risque d’être fort intéressante à suivre­.

2 commentaires sur « Pas surpris »

  1. J’ai quelques réserves quant à la pertinence du manifeste en question, et surtout son impact dans la seule province où le NPD forme le gouvernement. Mais bon… on verra ce que ce document de discussion deviendra. Quant au titre, je le trouve plus que malheureux et ce à plus d’un titre.

Vos commentaires sont toujours appréciés!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s