C’est l’heure de passer aux actes

TRC Covers

J’ai reçu les volumes du rapport final de la Commission de vérité et de réconciliation du Canada en janvier dernier. Ça fait un peu de lecture, que l’on peut mieux apprécier en regardant les sept volumes par la tranche:

TRC BacksJe n’ai pas mis de règle pour donner une idée de l’échelle, mais ça fait 21 cm d’épaisseur. Cinq mille et quelque pages, si je ne m’abuse. J’ai commandé les volumes imprimés en anglais, parce que, d’une part, c’est la langue originelle de leur rédaction et qu’ensuite, j’enseigne dans cette langue, et donc ça m’évite de tout avoir à traduire. J’ai toutefois téléchargé la version électronique en français (que l’on peut obtenir gratuitement ici) pour référence éventuelle.

Vous vous demandez peut-être pourquoi je dois me taper cette lecture? D’une part, j’enseigne le cours d’histoire des Premières Nations (pour lequel j’ai d’ailleurs utilisé la section historique du rapport préliminaire de la CVR, qui est sorti pendant que j’ensseignais ce cours la dernière fois, au printemps 2015). Le cours porte évidemment sur bien plus que seulement l’impact des pensionnats autochtones, mais cette question informe une grande partie du cours. Ensuite, j’ai aussi un travail profond de réorientation de mes cours d’histoire du Canada à réaliser pour en changer la perspective et remettre en question le discours colonial dominant. Pour ce faire, je dois me consacrer à pas mal de lecture en vue de la refonte de presque tous mes cours, d’où un sous-sol qui a pris des airs quelque peu bordélique:

Sous-sol mai 2016Ma liste de choses à faire pendant les prochains jours / semaines:

Ça va me tenir occupé… Et entre tout ça, il faudrait que je rédige mon rapport annuel.

5 commentaires sur « C’est l’heure de passer aux actes »

  1. Je me demande combien de personnes vont entreprendre cette lecture. Je ne suis même pas encore arrivée à la moitié du rapport préliminaire. Au fur et à mesure que je lis, d’ailleurs, plus que la réconciliation, c’est la libération d’un énorme poids, que je ressens dans ce texte et pas seulement parmi les autochtones.
    Tous les peuples ont des secrets. Les mettre au jour est un travail important. L’Europe est empoisonnée (et emprisonnée) par autant, sinon plus, de ces choses que l’on tait, mais il ne semble pas que le travail d’émergence de la vérité soit à l’ordre du jour.

  2. Il y a peu de gens qui sont vraiment conscients de la publication du rapport (et encore moins qui le liront). Malheureusement, ici comme en Europe, la vérité fait peur.

  3. Marie, oui, en effet. Enfin, en ce qui concerne une très petite portion de ce legs du colonialisme qui habite encore le Canada… Ce problème existe aussi aux États-Unis et pour des raisons très semblables, mais là, on n’en parle pas encore.

  4. Un peu parfois aux États-Unis – Ma fille qui a fait toute sa scolarité en Californie connaissait l’existence des “boarding schools” a a récemment choisi ce thème pour un exposé en cours d’anglais au lycée sur le thème des “persécutions dans l’histoire des États-Unis”. Mais elle est en classe AP (Advanced Placement) donc ne n’est qu’une toute petite minorité de lycéens qui creuse ce genre de sujets…

Vos commentaires sont toujours appréciés!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s