Quand il semble neiger en juillet

Grêle AirdrieQuand on vous dit que le temps peut être imprévisible en Alberta pendant l’été. Cette photo a été prise par mon cher et tendre alors que nous traversions Airdrie en nous rendant à Calgary hier. Non, il ne s’agit pas de neige, mais bien de grêle. Nous l’avons échappé belle, d’ailleurs, n’ayant eu qu’à nous ranger sur le bord de l’autoroute pendant quelques minutes en attendant de pouvoir y voir à nouveau à travers la pluie. Cependant, quelques kilomètres plus au sud, on pouvait voir ces accumulations de grêle et à certains endroits, des arbres ont été complètement dégarnis de leurs feuilles, lesquelles jonchaient la chaussée (on peut en voir un à une certaine distance à droite de la photo).

Pour nous, ce fut un voyage sans histoire, sauf le fait que nous n’avons finalement pas pu assister au powwow de la réserve Tsuu T’ina où nous devions nous rendre. Pour d’autres, ce fut une journée riche en déclarations d’assurances.

Publicités

Bobolepied!

Cliquez sur l'image pour accéder au site original.
Cliquez sur l’image pour accéder au site original.

C’était à la mi-juin. Je déplaçais des tuiles de béton entre le garage et la clôture, là où se trouvait autrefois le composteur. J’ai dû faire un faux mouvement, car, le lendemain, mon pied droit faisait atrocement mal.

Sur le coup, j’ai pris mon mal en patience, me disant que ça allait passer. Après tout, ce n’étai tpas la première fois qu’un muscle se révélait à mon attention après un effort inattendu. Et dans la quarantaine, la guérison prend un peu plus de temps que dans la vingtaine. On ne s’en fait donc pas trop. Cela m’a cependant convaincu de prendre rendez-vous avec mon podiatre pour finalement renouveler mes orthèses, que je savais avoir de l’âge.

Mais bon… les nouvelles orthèses ont apporté un certain soulagement (la pression qu’elles apportent se trouvent à un endroit différent et plus confortable), mais la guérison se faisait toujours attendre. Je suis donc, quelque peu à reculons, allé faire un tour à la clinique (je déteste attendre en clinique). Le diagnostic que je craignais (mais auquel je m’attendais également) est tombé: fasciite plantaire. Une semaine d’anti-inflammatoires oraux et une prescription pour un anti-inflammatoire en onguent, et des exercices recommandés. Jusqu’ici, cela a apporté un certain soulagement, mais il me faut faire attention à ne pas marcher trop longtemps. Ceux qui me connaissent savent à quel point j’aime la marche à pied… Double souffrance, donc. J’espère seulement que je serai un peu rétabli lorsque les classes reprendront.

 

Volkswagen se fait attendre

VW Update 2017-7-29
Mise à jour publiée aujourd’hui sur le site de Volkswagen Canada. Cliquez sur l’image pour accéder à la page originale.

À la fin juin, je vous faisais part de l’avancement du dossier concernant les compensations que Volkswagen offrira aux propriétaires de véhicules diésel sur lesquels on a installé un logiciel truqueur qui les fait paraître plus «propres» qu’ils le sont en réalité. Nous faisons partie des propriétaires concernés, Clio étant une Golf TDI 2011. On nous a alors annoncé une mise à jour concernant les véhicules canadiens pour le 26 juillet (puis pour le 29). En tête de cet article, on trouve la mise à jour publiée sur le site de Volkswagen et qui a suivi la mise à jour suivante, parue lundi:

Mise à jour publiée le 26 juillet sur le site de Volkswagen Canada. Cliquez sur l'image pour accéder à la page originale.
Mise à jour publiée le 26 juillet sur le site de Volkswagen Canada. Cliquez sur l’image pour accéder à la page originale.

On ne sait donc rien au Canada, alors que les choses avancent aux États-Unis. Dire que je suis déçu est un euphémisme. Que je me sens trompé? Pas vraiment, mais vraiment déçu du manque de progrès dans le dossier. Avec tout ça, on ne saura probablement pas avant la fin de l’année quel genre de compensation nous sera offerte. On ne peut qu’attendre…

À ses risques et périls…

riskNous aimons bien jouer à Risk avec l’une de nos amies. Elle est d’origine anglaise et elle tend à tout faire pour défendre sa patrie… Après plusieurs défaites, Oyaté, qui venait de m’éliminer du jeu, a encaissé ses cartes de conquête et, dans un processus terriblement méthodique, a fini par encercler notre amie (en rouge). Oui, il avait des troupes de toutes les couleurs; c’est par insuffisance de jetons bleus!

Photocopillage

PhotocopieurIl y a quelques années, le collège s’est doté de nouveaux photocopieurs multifonctions, qui servent à la fois de photocopieurs, de numériseurs, d’imprimantes pour nos stations informatiques ou nos ordinateurs branchés au réseau du collège et, dans certains cas, de télécopieurs (oui, il y a encore des personnes qui utilisent cette technologie oh so nineties. En 2012, j’ai commencé un projet que je caressais de longue date: numériser les très très nombreux articles photocopiés durant mes études supérieures, question de sauver de l’espace et de libérer les énormes classeurs que je trimballe à chaque déménagement. À l’époque, nous pensions peut-être nous relocaliser vers Edmonton.

C’est un projet qui est grandement simplifié par les nouveaux appareils à notre disposition, mais qui reste laborieux. Je ne peux m’y adonner que pendant l’été ou pendant les soirées durant l’année scolaire, question de ne pas être constamment dérangé par d’autres utilisateurs de ces appareils. Aussi, j’ai rarement le temps nécessaire pour cette activité durant l’année scolaire, si bien qu’il y a trois grosse boîtes qui traînent dans mon bureau depuis quatre ans. J’ai décidé que je m’en débarrassais cette année.

DocumentsL’ami Boris reconnaîtra peut-être ces articles, sur lesquels il a dûment écrit la référence lorsqu’ils les a photocopiés pour moi au centre de documentation de l’Institut Raymond-Dewar alors que j’étais étudiant au doctorat. Il s’agit d’articles publiés dans les American Annals of the Deaf entre 1847 et 1930. Pas tous les articles, oh que non… mais quand même quelques centaines, qui occupaient presque un tiroir complet de mon classeur latéral. Je numérise donc les articles avant de me défaire de la copie papier.

Et en farfouillant pour écrire cet article je viens de découvrir que les volumes 1 à 38 ont été rendus disponibles en ligne… cela ne me permet pas d’accéder à tous les articles que j’ai photocopiés, mais je vais pouvoir retrouver quelques articles que je regrette de ne pas avoir demandés à l’époque.

Dossiers AADAprès avoir numérisé les articles, j’obtiens une série de fichiers impossibles à différencier… et qu’il me faut ensuite renommer et classer pour retrouver l’information nécessaire. Cependant, au préalable, je dois aussi passer les fichiers par PaperPort, question d’en corriger l’orientation et de les rendre lisibles à l’écran.

Paperport DesktopEn haut de l’écran, on voit des articles correctement orientés; plus bas, ceux qui n’ont pas encore été traités. Tout ceci prend un certain temps…

Et les articles des AAD ne sont pas les seuls à passer au numériseur. J’ai également des milliers de pages de documents d’archives photocopiés à traiter, ainsi que tous les numéros de la revue L’ami des sourds-muets, publiée de 1908 à 1975. J’ai donc des heures de plaisir devant moi!