Présence francophone à Grande-Prairie

acfagpJ’étais à Grande-Prairie pour une série de rencontres dans le cadre de mon nouveau rôle comme président du Réseau Santé Albertain. Par conséquent, je devais rencontrer certains intervenants dans le domaine de la santé, mais aussi des intervenants communautaires. C’est ainsi que j’ai pu apprécier les signes visibles de la présence francophone dans une ville qui, pour avoir un nom français, n’est pas visiblement francophone «sur la rue».

Ainsi donc, j’ai rencontré la toujours sympathique directrice de l’ACFA régionale, Michelle Margarit, dans son bureau qui se situait juste de l’autre côté des voies ferrées par rapport à l’hôtel où nous logions. Évidemment, les lectrices et lecteurs de longue date de ce blogue savent que je suis loin d’être étranger à l’ACFA, ayant siégé à la fois au C.A. de la régionale de Red Deer puis au C.A. provincial. Dans mon nouveau rôle, j’essaie de rebâtir des ponts qui n’étaient plus beaucoup fréquentés entre nos deux organismes.

ecole-nouvelle-frontiereLe même après-midi, je me rendais dans le sud-ouest de la ville, où se trouve l’École Nouvelle-Frontière, pour y rencontrer l’une de mes anciennes collègues du C.A. provincial de l’ACFA et directrice générale du Conseil scolaire du Nord-Ouest, Brigitte Kropielnicki. Ce fut une rencontre très agréable. J’ai aussi rencontré divers autres intervenants qui m’ont permis de constater qu’il y avait de l’espoir, mais aussi du dynamisme, dans ce nord-ouest de la province trop souvent oublié.

ecole-nouvelle-frontiere-intC’est plutôt tranquille dans les écoles au mois d’août… le calme avant la tempête!

Publicités