Adieu Loki

C’est soudain. J’ai du mal à m’en remettre et j’écris ce message — comme je l’ai fait sur Fesse-de-bouc — par désir de catharsis, surtout que je sais que le lectorat de ce blogue s’est réduit à peau de chagrin. Voilà. Cet après-midi, nous avons dit adieu à Loki. Ce fut brutal: hier encore, il était enjoué et il nous suivait partout, comme à son habitude. En soirée, il a semblé avoir du mal à passer une boule de poils (comme Corentin, il «chantait» lorsque ça se produisait). Comme j’ai retrouvé ladite boule de poils sur le plancher ce matin, je ne me suis pas trop inquiété… jusqu’à ce que je remarque qu’il ne ne me suivait pas partout dans la maison. Il était resté prostré sur le lit et il pleurnichait lorsqu’on essayait de le prendre. Rendez-vous chez la vétérinaire à 16 heures. En plus, il s’agissait de notre première présence à une nouvelle clinique. Je pensais à un possible blocage intestinal ou à quelque chose de grave mais non fatal du genre.

Il a été étrangement silencieux pendant le voyage. Il ne voulait pas sortir de sa cage de transport, ce qui n’était décidément pas dans ses habitudes. Il avait aussi uriné sur le coussin dans sa cage, ce qui fut utile pour un test d’urine, mais encore une fois très inhabituel. Toutefois, cela permettait d’éliminer l’hypothèse d’un blocage urinaire. En examinant ses gencives, la vétérinaire l’a trouvé pâle. C’est en palpant son abdomen qu’elle a identifié une masse dure de la grosseur du poing et le verdict est tombé: tumeur probablement cancéreuse. Oui, il aurait été possible de l’hospitaliser et de tenter une chirurgie, mais sans échographie, impossible de savoir à quoi la masse était attachée. La vétérinaire dit que la tumeur avait probablement grossi au cours des dernières semaines et probablement rompu un vaisseau sanguin, amenant la léthargie soudaine. Devant un pronostic incertain et des coûts trop élevés, la seule solution — celle qui allait le moins prolonger la souffrance de Loki — était l’euthanasie.

Je ne m’en suis pas encore remis, je l’avoue. Je pleure à chaque fois que je pense à ces petits gestes qu’il posait et qui lui étaient uniques. Par exemple, il aimait à déposer les souris-jouets dans les bols de nourriture après les avoir chassées. Il y en avait encore une dans un bol ce matin. Au moment de donner leur nourriture en boîte aux autres chats ce soir, impossible de ne pas remarquer qu’il n’était pas là pour demander à haute voix et de manière insistante à recevoir sa pitance. Malgré la présence des autres chats, la maison semble vide sans lui. Ça va me prendre plusieurs jours avant de m’en remettre. Trois ans, c’est trop peu. J’espère seulement qu’il aura été heureux avec nous.

Loki2018-5-17

La dernière photo, à la clinique, peu avant les derniers adieux.

Publicités

2 commentaires sur “Adieu Loki

  1. La perte d’un animal est toujours difficile qu’elles que soient les circonstances. Je comprends votre chagrin. Bon courage pour ces prochains jours remplis de tristesse.

Vos commentaires sont toujours appréciés!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.