Humour au gym

Notre salle d’entraînement est une succursale d’une grande chaîne nationale (en fait, c’est la version budget d’une grande chaîne nationale). Le résultat est que les services sont minimes, mais c’est exactement ce que nous cherchons: nous avons un plan, tout ce dont nous avons besoin d’un gym, c’est l’équipement qu’on y trouve. En plus, celui-ci est ouvert vingt-quatre heures sur vingt-quatre, ce qui nous permet de nous entraîner, comme c’était le cas hier (en fait, ce matin très tôt), aux heures où dorment les gens honnêtes. C’est vaste (cela occupe le tiers de l’ancien-ancien magasin Sears, celui du Centre d’achats Parkland), propre et surtout, tranquille. Entre deux exercices, on nous demande gentiment de nettoyer nos appareils, ce que la plupart des membres font avec diligence, même aux heures où il n’y a pas de préposés présents. Ce n’est pas que j’aime particulièrement les salles d’entraînement, mais quand l’hiver est venu et que la course en piste est devenue impossible, j’ai dû me résigner. Depuis le retour du beau temps, nous alternons entre la piste extérieure et le gym.

Où est l’humour? Eh bien… chaque fois que je lis cette affichette sur les distributrices de papier, je ne peux m’empêcher de penser à une certaine scène du film La grande séduction (2003), celle où les villageoises jouées par Clémence Desrochers et Rita Lafontaine écoutent le téléphone du médecin et surprennent une conversation à teneur lascive entre lui et à sa douce et tendre restée à Montréal.

Dans la version anglaise (où un petit village côtier fictif (Tickle-Head) de Terre-Neuve se substitue à Sainte-Marie-la-Mauderne, village fictif de la Côte-Nord), la même scène existe avec une traduction littérale… où le mot «machine» prend un sens bien particulier.

Voir ces affiches me fait donc sourire.