Adieu Daphné. Bienvenue, Edna!

On se souviendra que, en 2015, Volkswagen est entré dans une crise liée à certains modèles de moteurs diésel. Notre Clio, une Golf TDI 2011 était concernée. À l’été 2016, en attendant que la chose se règle, nous nous étions procuré un Tiguan que nous avions prénommé Daphné. Cela nous avait amené à faire certaines concessions, mais en même temps de gagner quelque peu en espace de rangement et toussa…

Ceci dit, bien que Daphné remplissait fort honnêtement son office, elle avait quelques caractéristiques qui ne nous plaisaient pas entièrement. Entre autres, l’espace de chargement n’était pas tout-à-fait suffisant, sa consommation d’essence (du super, s’il vous plaît!) pouvait porter sur le pantagruélique, surtout en comparaison de notre diésel précédente et son moteur deux-litres aurait pu être un peu plus performant, ce qu’une transmission automatique n’aidait pas. Par contre, nous avons appris à apprécier d’avoir quatre roues motrices sur nos belles routes glacées en hiver (avec les pneus d’hiver aussi, bien entendu). Aussi, lorsque, à la mi-novembre, j’ai reçu par surprise un de ces appels que font les concessionnaires pour nous enfirouaper en nous encourageant à changer de véhicule à tout bout de champ, je ne leur ai pas directement raccroché au nez. J’ai plutôt pris rendez-vous pour le lendemain en demandant d’essayer une Golf SportWagen manuelle.

Bon… Pour faire une longue histoire courte, autant Oyaté que moi avons été séduits par le comportement routier de la SportWagen. Cependant, pour obtenir les options que nous aurions voulu sur un véhicule entièrement neuf, notre vendeur nous a offert un modèle très légèrement usagé d’une autre version de la Golf dont je n’osais pas rêver: une Alltrack. Il s’agit en fait d’une SportWagen légèrement relevée et munie d’une traction intégrale. J’en rêvais en fait depuis la sortie du modèle en 2017, mais le prix était quelque peut rédhibitif. Cependant, ce modèle très légèrement usagé (un peu plus de 7000 km au compteur) devenait abordable. Bon, ce n’est pas la couleur que j’aurais voulue, mais je peux me faire au noir. Surtout, Edna (c’est son nom) est dotée de ceci:

Enfin! Retour au contrôle! J’étais un peu rouillé, mais ça revient vite. L’intérieur est presque luxueux… et surtout le coffre immense. J’apprécie aussi particulièrement ses phares au xénon (c’est la première fois que je me sens en confiance la nuit) dont le faisceau tourne selon la direction du volant.

Nous avons également pu transférer le système de haut-parleurs à basses fréquences qu’Oyaté avait fait installer à bord de Daphné sans frais. Puisque nous étions chez l’installateur, nous l’avons aussi équipée, comme nous voulions le faire pour Daphné mais ne l’avions finalement jamais fait, d’une caméra de tableau de bord (dashcam). La chose nous est apparue essentielle suite à un accident arrivé à Clio à Edmonton en 2015 et où la caméra aurait pu éviter des débats et discussions avec nos assureurs. Il n’est pas impossible que certaines vidéos des idioties qui se produisent régulièrement sur les routes albertaines aboutissent ici…

Le plaisir de la conduite est tel qu’Oyaté n’arrête pas de dire que nous avons besoin de faire un long road trip durant l’année! Nous avons pu l’essayer, chaussée de ses tout nouveaux pneus à neige, dans des conditions moins qu’optimales il y a quelques jours pour aller chercher, au beau milieu d’une tempête de neige, un chiot pour notre nièce chez un éleveur perdu dans la campagne albertaine. Edna s’est comportée à merveille! Et Bones est arrivée à destination sans encombre.

Publicités

4 commentaires sur “Adieu Daphné. Bienvenue, Edna!

  1. Je n’ai jamais pu me faire aux boîtes de vitesses à contrôle manuel, qui sont encore aujourd’hui ultra-majoritaires en France. Je n’ai vraiment réussi à me mettre à conduire qu’après l’achat d’une voiture à transmission automatique. A l’époque, les « boîtes automatiques » entrainaient une surconsommation de carburant. Aujourd’hui c’est l’inverse, avec le développement des véhicules hybrides. Ma Prius a une transmission automatique mais consomme moins qu’un véhicule conventionnel de même puissance.
    Quand à la dashcam, j’y ai souvent pensé, mais j’ai peur qu’elle ne survive pas longtemps aux conditions extrêmes dans l’habitacle de ma voiture, qui couche dehors : humidité extrême avec condensation en hiver, et température de 60 degrés Celsius sous le soleil d’été.

  2. En Amérique du Nord, les boîtes manuelles sont tellement impopulaires qu’elles sont littéralement en voie de disparition. On ne peut plus les avoir que sur certains modèles (et certaines marques l’ont complètement éliminée de leurs modèles nord-américains). Je ne la préfère pas tant pour la consommation de carburant (qui, selon la manière dont on conduit, peut encore être meilleure avec une transmission manuelle plutôt qu’automatique) que pour le contrôle accru sur le comportement routier du véhicule que la transmission manuelle procure, particulièrement sur nos chaussées glacées en hiver. Quant à la caméra, elle sera exposée aux mêmes extrêmes ici; j’ose espérer qu’elle pourra y survivre.

Vos commentaires sont toujours appréciés!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.