Pop Shoppe

L’autre jour, à l’épicerie du coin, je suis tombé sur cette tablette parmi les nombreuses boissons gazeuses de la rangée «sucreries et autres machins que nous n’achetons jamais» qu’il me fallait traverser pour aller trouver ce que nous cherchions ce jour-là. Je n’ai pu m’empêcher de prendre le temps de photographier la chose. C’est que c’est une vague de souvenirs vaguement nostalgiques qui m’a soudain envahi.

Lorsque j’étais enfant, il y avait encore un laitier qui circulait dans la rue où nous habitions (à ma grande surprise, je découvre que cela existe toujours). Pour ceux qui ne connaissent pas, il s’agissait d’un livreur de lait à domicile, relent d’une époque où les réfrigérateurs domestiques étaient rares, les déplacements à distance plus difficiles, et que les produits périssables devaient donc être distribués plus fréquemment. La maison où j’ai habité à Red Deer avait même un petit cagibi dans le mur arrière destiné à recevoir le lait (autrefois vendu en bouteilles, que l’on mettait dans le même cagibi une fois vides pour qu’elles soient lavées, puis remplies à nouveau à la crèmerie). Comme il s’agissait d’un mur exposé au sud, il n’aurait pas été sage d’y laisser le lait trop longtemps, mais cette particularité architecturale était d’un intérêt historique certain. Ceci dit, ma mère n’achetait que très rarement du lait du laitier, puisque nous avions un réfrigérateur et que nous faisions le plain de lait lors de l’épicerie hebdomadaire. Lorsqu’elle désirait acheter des produits que vendait le laitier, il lui suffisait de mettre un carton sur lequel était imprimé «lait» à la fenêtre de la cuisine et le laitier arrêtait devant la maison pour s’enquérir de ce que nous désirions.

Au tout début des années 1980, un nouveau livreur s’est mis à sillonner notre quartier: il vendait des jus et boissons gazeuses de la marque Pop Shoppe, laquelle n’était pas vendue en épicerie et qui étaient différentes du cola ou de la boisson gazeuse citronnée que l’on trouvait un peu partout. Je me souviens de la date précise parce que c’est associé à un autre souvenir familial: l’achat par mon père d’un bateau de plaisance en 1980 sur lequel ces boissons gazeuses ont été consommées en grande quantité. Cela a commencé par du jus, mais rapidement, mes parents ont commencé à acheter des boissons gazeuses à saveurs fruitées: raisin, fraise et, surtout, orange. J’adorais l’orangeade (aujourd’hui, je trouverais probablement la chose insupportablement sucrée). Ma mère préférait le raisin, que je ne dédaignais pas non plus.

C’est donc en pensant à ma mère que j’ai pris cette photo qui lui rappellera sûrement, si elle lit ce message, des souvenirs tendres.

3 commentaires sur “Pop Shoppe

  1. Je me souviens du pot à lait en fer-blanc vide que j’allais déposer à la ferme. J’échangeais le vide contre un plein et ne manquais pas de contempler les poussins dans la couveuse, le cul crotteux des vaches.

Vos commentaires sont toujours appréciés!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.