Visite guidée en préparation de l’événement de l’année 2019

Voilà, il est terminé! Il est ouvert! Enfin, ça fait un moment, maintenant, que le Centre des Jeux du Canada Garry W. Harris a ouvert ses portes au collège, mais je n’avais pas encore eu le temps de vous partager les photos de notre visite effectuée lors de la journée portes ouvertes pour le personnel le 21 août dernier. Depuis, l’édifice est utilisé quotidiennement; des gens utilisent le centre d’entraînement, les gymnases et l’aréna. Il y a même eu quelques compétitions, question de roder le bâtiment avant son utilisation lors des Jeux d’hiver du Canada qui s’y tiendront en février prochain. Pour vous situer un peu, sur la photo ci-haut, prise du coin nord-ouest, on peut voir, à gauche, l’espace occupé par le gymnase de compétition, au milieu, celui occupé grosso modo, par les salles d’entraînement et, à droite (le bloc de briques rouges), l’espace d’enseignement, au-dessus duquel se trouve une terrasse accessible de la salle d’entraînement. Au fond, derrière le « grand hall » vitré, se trouve l’aréna. Pour s’y retrouver, on peut consulter les plans du bâtiment ici.Le « grand hall », vu de l’intérieur (du sud vers le nord). C’est plutôt spectaculaire comme espace et cela permet de s’orienter assez facilement dans le bâtiment. À l’intérieur de ce « grand hall », un escalier plutôt majestueux qui permet à la fois de se rendre d’un étage à l’autre (à l’extérieur comme à l’intérieur), mais aussi de se rassembler informellement. C’est un type d’équipement que l’on retrouve sur plusieurs campus et qui est destiné à servir d’espace d’étude ou de conversation pour les étudiant(e)s. À l’étage, on trouve aussi un casse-croûte qui permettra de ravitailler les spectateurs lors de compétitions, puisque les gradins s’ouvrent sur cet espace. Face à cet escalier monumental, le kiosque d’accès aux espaces d’entraînement (gymnase et autres) pour lesquels un droit d’entrée est nécessaire. Au fond à gauche, on trouve l’accès aux espaces d’enseignement.Le gymnase de compétition, aux gradins rétractables. C’est petit comparativement à ceux que l’on trouve sur les campus universitaires (généralement des gymnases triples), mais c’est une immense amélioration sur les espaces dont nous disposions auparavant. Au fond, on trouve les bannières des diverses compétitions remportées par les équipes du collège au fil des ans. À l’étage, autour du gymnase de compétition, une piste d’entraînement de deux cents mètres, qui communique avec la salle d’entraînement physique. Ladite salle d’entraînement et ses multiples machines toutes neuves… Dont celles que je préfère pour l’entraînement cardio-vasculaire: l’aviron. Il n’y en avait qu’une seule dans notre anciennes salle de conditionnement physique. Peut-être souscrirai-je à un abonnement… Vus de la salle d’entraînement, on peut voir quatre courts de balle-au-mur. Je croyais cette forme d’exercice en voie de disparition, mais ce n’est apparemment pas le cas. En fait, le collège est l’un des deux endroits en ville où l’on peut s’adonner au racketball et au squash; l’autre est une salle d’entraînement privée. Au-dessus de l’entrée sud du grand hall, et communiquant avec la salle d’entraînement, on trouve ce studio multifonctionnel destiné à des activités de groupes et au yoga (très populaire ici). Cette terrasse se trouve au-dessus des salles de classes. Cela ne sera pas nécessairement très utilisé durant les Jeux d’hiver, je le crains. D’ailleurs, en été, il y fait trop chaud en plein jour pour y passer beaucoup de temps. On s’affairait à y placer du mobilier qui allait servir ce soir-là pour une activité protocolaire. Comme il faut, pour se rendre sur la terrasse, passer par la salle de conditionnement physique et qu’il n’y a pas de café à proximité, on se doute que cela sera sous-utilisé, surtout durant l’année scolaire.L’une des salles de classe, encore toute neuve et prête à recevoir son premier contingent d’étudiant(e)s. Au rez-de-chaussée, en marge du grand hall, on trouve un autre espace de rencontres et d’étude informel, jouxtant le gymnase de compétition. Et justement, qui dit gymnase de compétition dit aussi vestiaires. On en retrouve plusieurs, dont ceux-ci, destinés aux équipes du collège. Comme on peut le voir, il n’y a pas beaucoup d’espace pour les personnes ne s’identifiant pas à un sexe particulier dans les compétitions sportives. L’absence de lieux permettant aux personnes transgenres de se changer a été soulevé trop tard dans le processus de planification… Avec pour résultat que les seuls espaces accessibles aux personnes transgenres sont ces deux vestiaires individuels aussi équipés de tout e qui est nécessaire aux personnes à mobilité réduite, et qui se trouvent au fond d’un corridor difficile à trouver. Un autre corridor qui n’est normalement pas accessible au public mène aux vestiaires des équipes de hockey. Comme ils étaient encore tout neufs et inoccupés, on n’y trouvait pas encore l’odeur caractéristiques de ces endroits. Les casiers individuels des joueurs de hockey. C’était ma première visite d’un vestiaire du genre et l’efficacité du design de chacun de ces espaces m’a frappé. C’était assez fascinant. Des vestiaires, on a accès aux bancs des joueurs, en bordure de la patinoire. Oui, la photo a bel et bien été prise le 21 août, par une chaude journée d’été. Évidemment, la surface est réfrigérée et on s’affairait à la préparer (avec les lignes et tout) pour l’ouverture au public le lendemain.L’équipe d’arrosage s’affairait donc à appliquer des couches minces d’eau sur la surface. Un travail de patience! Par la suite, cette resurfaceuse (mieux connue sous la marque de commere Zamboni au Canada), sera utilisée pour l’entretien de la glace. Si cela vous intéresse, le fonctionnement de cet appareil est expliqué sur le site du fabriquant. On trouve aussi dans cette petite salle, jouxtant la patinoire, un dispositif pour recueillir la «neige» recueillie sur la glace par la resurfaceuse.On trouve des estrades sur deux des quatre côtés de la patinoire. Celle-ci est d’ailleurs à géométrie variable: elle peut être utilisée selon les dimensions règlementaires de la Ligue Nationale de Hockey (normes nord-américaines) ou selon les dimensions internationales. La bande du fond peut être éloignée ou rapprochée au besoin. La surface de glace vue du nord-ouest. On voit les bancs des joueurs tout en bas des gradins. À l’extérieur, à proximité des entrées nord et sud du grand hall, on trouve ces espaces de rangement pour vélos, très en évidence, afin d’encourager la mobilité active. Pour l’instant, ce n’est pas très utilisé… Cette vue prise de la terrasse montre le trottoir menant au campus principal du collège, couvert de panneaux solaires, dont j’ai déjà parlé ici. J’ai eu à parcourir ce passage à quelques reprises durant la session d’automne pour me rendre à des réunions au centre des Jeux; ça allonge un peu le trajet, mais heureusement, mon bureau est tout près. Autre initiative à caractère «écologique», ce bassin de rétention des eaux de pluie qui a été construit dans la foule du projet. On peut d’ailleurs voir le site dans son ensemble dans un article précédent. Vu d’un buton près de l’étang, le centre sportif (vu du nord) a presque l’air perdu dans la prairie vallonnante… Et comme nous y étions à la fin d’un été de sécheresse, les herbe destinées à couvrir le sol étaient encore bien maigres. Enfin, la nuit, on pourrait difficilement manquer l’édifice, dont les immenses baies vitrées, éclairées de diverses couleurs selon les saisons, s’imposent au regard. On voit ici le centre sportif du deuxième étage du bâtiment principal du collège.

Oh! Et bonne année 2019 à tous!

Publicités

Chantiers – Laboratoire d’énergie alternative

Il faut se rendre derrière l’édifice principal du collège pour trouver ce nouveau et discret bâtiment, situé derrière l’aile 800. Il s’agit du troisième chantier présentement en cours sur le campus, après celui du centre sportif et de la nouvelle résidence. Comme ces deux autres chantiers, il bénéficie aussi (et principalement) d’un investissement gouvernemental pour améliorer l’efficacité énergétique. Dans un contexte où le financement de l’éducation supérieure est continuellement menacé (et en décroissance constante si l’on tient compte de l’inflation), on comprend que l’administration collégiale fasse tout ce qu’elle peut pour aller chercher du financement où elle le peut. Est-ce un engagement envers les énergies durables ou simplement de l’opportunisme politique et financier? L’avenir le dira.

L’intérieur du laboratoire. Photo disponible sur la galerie photos du projet (cliquez sur l’image).

Ce bâtiment aux dimensions modestes est essentiellement un espace d’expérimentation et d’enseignement destiné aux apprentis. Quatre de nos programmes en techniques du bâtiment en feront principalement usage. Il s’agit aussi d’un autre bâtiment couvert, sur le toit et sur sa façade sud, de panneaux photovoltaïques. Le tout devrait être utilisé à partir de l’automne prochain.

 

Chantiers – Résidence étudiante

État des travaux le 30 mai dernier. Façade sud.

Le collège compte déjà plusieurs résidences sur le campus, la plupart d’entre elles se trouvant derrière l’édifice principal et avoisinant un agréable boisé. Cependant, l’hébergement accessible aux étudiants demeure un besoin constant et, avec la venue des Jeux d’hiver du Canada en 2019, une autre résidence a commencé à sortir de terre, cette fois au nord de l’édifice principal. Comme je l’annonçais avant-hier, cela fait partie des trois chantiers actuels sur le campus. Les travaux ont commencé en octobre dernier et progressent rapidement.

État des travaux le 26 mars 2018. Vue du sud-est.

Les travaux de fondation ont été complexes, car l’édifice est érigé sur du remblai. L’endroit où se trouve la nouvelle résidence était plutôt marécageux, puis a été utilisé pendant quelques années pour servir à des jardins communautaires. Par conséquent, on a pu voir des équipes de préparation du site planter de nombreux pieux dans le sol avant de commencer le coulage des fondations et la construction du rez-de-chaussée avec une structure métallique. De toute évidence, on construit cet édifice selon les principes utilisés par Frank Lloyd Wright dans la construction de l’hôtel Impérial à Tokyo. Le rez-de-chaussée sert ici un peu de coque de bateau pour un édifice qui «flotte» en quelque sorte sur un sol potentiellement instable.

L’entrée principale, sur la façade sud, s’articule autour d’un puits de lumière / grand escalier / espace de rassemblement destiné, on l’espère, à créer un certain esprit communautaire entre les quelque 145 étudiants qui y auront leur studio individuel.

Ces rendus architecturaux montrent les façades sud (haut) et nord de l’édifice. Trois faces de l’édifice sont destinés à être couverts de panneaux solaires, ce projet de construction, tout comme celui du centre de sports et du laboratoire d’énergies alternatives dont je parlerai bientôt ayant été inclus dans les projets financés en partie par le fonds d’investissement stratégique pour les établissements postsecondaires.

État des travaux le 30 mai 2018. Vue du sud-est.

L’édifice a presque atteint son volume final et on commence déjà à installer les fenêtres. Une galerie photo est accessible ici.

Chantiers – Centre Sportif

Centre des Jeux du Canada Gary W. Harris vu du nord (entrée principale pour le public). À gauche de l’entrée, on trouve l’aréna. À droite, le gymnase. On repassera sur le gris et le beige, mais bon…

Le temps était nuageux la semaine dernière, lorsque je suis allé sur le campus pour prendre ces photos; comme nous avons bien besoin de pluie, on ne se plaindra pas. Toutefois, là n’est pas mon propos, mais plutôt, comme je l’annonçais hier, je veux simplement faire une petite mise à jour au sujet des progrès accomplis dans les divers chantiers sur le campus. Ceci dit en passant, si cela ne vous passionne pas, tant pis… je fais aussi cela pour me souvenir.

Portique sud et locaux d’enseignement vus du côté est (en provenance de l’édifice principal du collège).

Cela fait presque deux ans que je vous ai parlé du chantier de ce centre sportif qui prend forme à l’ouest du bâtiment principal du collège. À l’époque, la charpente prenait forme, mais surtout je vous ai présenté les plans de cet édifice qui comprend un aréna et un grand gymnase, en plus d’une piste de course, d’une salle de conditionnement physique, d’espaces d’enseignement et, bien entendu, de tous les services afférents. Les bureaux de Hockey Alberta, qui sont présentement hébergés à loyer dans l’édifice principal du collège, sont aussi destinés à y déménager.

Voici quelques photos du Centre prises par le personnel du collège (personnellement, je ne suis pas encore allé à l’intérieur du bâtiment). On trouve ces photos et plusieurs autres sur une galerie virtuelle accessible ici. Si vous cliquez sur les images, vous trouverez une version en haute résolution sur le site original.

Vue de la façade ouest de l’édifice, visible de l’autoroute. Il s’agit là du gymnase (et dans la partie arrière, des espace d’enseignement).
Escalier et grand hall (vue vers le sud). Au fond, on voit les courts de squash et l’entrée des espaces d’enseignement. L’aréna se trouve derrière le photographe et à droite on trouve le grand gymnase.
Entrée nord de l’édifice. La signalisation en français est obligatoire par le fait qu’il s’agit d’un édifice utilisé pour les Jeux du Canada.
La piste de course à pied qui fait le tour du grand gymnase au deuxième étage (vue vers le nord à partir du coin sud-ouest).
L’aréna (surface de glace) vu du coin sud-ouest. Les dimensions de la patinoire soit ajustables, de sorte qu’elles peuvent convenir aux normes internationales ou à celles de la Ligue Nationale de Hockey. La construction de la patinoire a requis la création d’un système réfrigérant sous la surface bétonnée (ce qui ne surprend pas), mais aussi l’installation, sous celui-ci, de conduites chauffant le sol pour éviter la formation de pergélisol, ce que je ne savais pas. On en apprend à suivre les travaux de construction!

La construction de l’édifice est presque terminée; on en est à mettre les touches finales et à installer l’équipement électronique et autre. Le terrassement progresse également. Le stationnement a été aménagé et pavé et l’éclairage installé.

Nous avons eu droit à une surprise lorsque cette charpente a fait son apparition en mars dernier. Pendant sa mise en place, je me demandais si nous aurions droit à une galerie couverte de plaques de verre reliant l’édifice principal du collège au centre sportif (ce que je ne me souvenais pas avoir vu sur les plans originaux). Étant donné l’ensoleillement ici, cela aurait été plutôt stupide, sauf, peut-être, pour faciliter le déneigement. Mais quelques jours plus tard, ceci a fait son apparition:

Tiens, tiens! La bonne idée! Ce n’est pas une galerie au toit étanche, mais cela procure à la fois de l’ombre et un peu d’abri en cas de pluie… en plus de produire de l’énergie. En fait, les 276 panneaux photovoltaïques de la galerie vont produire environ 105 MW d’électricité (sur une base annuelle, je suppose), selon l’information fournie ici. En plus de cela, le toit du centre est aussi couvert de panneaux photovoltaïques.

Sous peu, on pourra entrer dans ce nouvel édifice, qui devrait être inauguré pour l’enseignement durant la session d’automne. On espère que ce centre, qui est aussi destiné à servir la communauté, remplira sa mission. Après tout, il aura coûté la rondelette somme de quatre-vingt-huit millions de dollars.

Chantiers

Campus du collège de Red Deer sur Google Maps. La photo date visiblement de la fin de l’été 2016 d’après l’état d’avancement des travaux sur le centre sportif.

Il n’est pas rare qu’un campus d’institution postsecondaire soit en travaux. En fait, c’est presque une règle générale, basée sur l’idée (possiblement erronée) de la croissance continue. À mon arrivée au collège où j’enseigne, un projet d’expansion massive était en cours qui a eu pour résultat de doubler la superficie des bâtiments existants. Cet espace polyvalent n’est toujours pas pleinement exploité, mais il remplit son rôle, surtout pour la formation aux métiers. On tient également plusieurs événements publics dans l’espace ouvert au deuxième étage; j’ai déjà mentionné ici une conférence publique, par exemple.

Centre sportif en projet: image tirée du site du collège. Cliquez sur l’image pour accéder au site.

Depuis 2016, les projets de construction s’exécutent surtout en préparation aux Jeux d’hiver du Canada qui auront lieu ici en février prochain. Il y avait dans les cartons un centre sportif et de formation a la santé depuis près de deux décennies, mais la venue des Jeux à Red Deer a permis de lancer ce projet qui s’achève. Le bâtiment est presque complété et on commencera à l’utiliser en septembre. J’en reparlerai demain.

Façade nord de la nouvelle résidence. Image tirée du site du collège de Red Deer. Cliquez sur l’image pour accéder au site.

Depuis l’automne dernier, un second projet de construction majeure a pris forme juste au nord du centre sportif, à l’endroit où se trouvaient jusqu’à récemment des jardins communautaires: une nouvelle résidence étudiante, qui sera inaugurée en tant que lieu d’hébergement des athlètes des Jeux (entre autres; les autres résidences du campus seront aussi évacuées pendant un mois l’hiver prochain). J’en reparle après-demain.

Dessin conceptuel du nouveau centre de recherche en énergies alternatives. Image tirée du site du collège de Red Deer. Cliquez sur l’image pour accéder au site.

Enfin, suite à une généreuse subvention gouvernementale, un nouveau centre de recherche (ou laboratoire) en énergies alternatives a été créé. L’édifice est très modeste et se trouve à l’arrière des bâtiments, mais mérite d’être mentionné. J’en parle donc dans trois jours.

Ça bouge donc beaucoup sur le campus… Et à proximité, puisque l’immense chantier de l’échangeur avec l’autoroute continue, juste au sud de nous.

Une autre année s’achève et on célèbre

Photo publiée sur le site du Collège de Red Deer. Cliquez sur l’image pour accéder au site et voir une vidéo de la collation des grades 2017.

Cette année est la dernière pour la collation des grades au parc Westerner, mais cela ne rend pas la chose moins solennelle et festive. Que se passe-t-il pour que l’on déménage la chose? L’inauguration prochaine du Centre des Jeux du Canada Gary W. Harris au collège (dont je reparlerai bientôt) permettra dorénavant sa tenue sur le campus.

Un article d’un site de nouvelles locales parle de l’événement… on m’y voit (de dos) en toge rouge pendant quelques secondes…

Enfin!

La première ministre de l’Alberta, Rachel Notley, annonçant la nouvelle.

Vingt-cinq ans. Trois essais. Un fructueux.

C’est le temps que cela aura pris au collège de Red Deer pour recevoir, du gouvernement provincial, le droit d’offrir des programmes universitaires autonomes. L’annonce en a été faite cet après-midi — dans un auditorium bondé — par la première ministre, accompagnée du ministre de l’Éducation supérieure, des deux députées provinciales locales, ainsi que d’un nombre considérable de dignitaires locaux.

Cette annonce survient après que le collège régional de Grande-Prairie et ACAD (Alberta College of Art and Design, à Calgary) ont reçu le même privilège.

Concrètement, ce que cela voudra dire reste à déterminer, mais nous pourrons désormais offrir des cours et programmes autonomes. Présentement, nos programmes universitaires sont offerts en collaboration avec d’autres institutions universitaires de la province et donc chaque cours doit être approuvé par toutes les autres institutions.

Ça valait bien la peine de réveiller le blogue pour parler de cette grande nouvelle!

Demain, il y a une réunion générale du personnel pour préciser la forme que prendra la mise en place de ces programmes.

On en parle ici et .

Oh! Et c’est aussi le début du mois de la francophonie, proclamé et reconnu aujourd’hui officiellement par le gouvernement albertain.