Petite chronique estivale

Non, nous n’avons pas acheté une voiture supplémentaire. En fait, la Jetta blanche était une voiture de location pour nous rendre à l’aéroport de Calgary début juin pour prendre l’avion vers Ottawa. Comme nous allions êtres partis deux semaines, il en coûtait moins de louer des véhicules pour nous rendre, puis pour revenir, que de payer deux semaines de stationnement. Toutefois, ce soir-là, on aurait dit que nous venions d’ouvrir notre propre concession Volkswagen. Elle fut un charme à conduire, cette Jetta, soit dit en passant. Aussi, les jours de Clio (la Golf rouge, à gauche) sont désormais comptés. Nous avons enfin, plus d’un an après l’annonce d’un programme de compensation pour les propriétaires de véhicules diésel «truqués», une date à laquelle nous la rendrons au concessionnaire. Elle a passé l’hiver au garage… et ne sera bientôt plus des nôtres.

Le pont de la paix à Calgary, le soir de notre séjour avant le départ. La lumière était trop parfaite. On voit toutefois que si le plan originel de Calatrava avait été suivi et que l’intérieur avait été peint en blanc, cela aurait encore mieux…

Survol d’une ville et d’un symbole bien connus après escale à Pearson.

Il y avait de bien bons desserts (et de bons souvenirs) à Ottawa…

Preuve que les traditions établies localement trouvent toujours un écho global à notre époque. Un pont piétonnier qui enjambe le canal Rideau «croule» sous les cadenas d’amour comme le Pont des Arts à Paris.

En Alberta, j’ai trop souvent la nostalgie des fromages. Nous nous sommes quelque peu payé la traite chez Vineyards, à Ottawa.

À notre retour, toutefois, mauvaise surprise. Une tempête s’est abattue sur Red Deer le 20 juin. Les dommages chez nous ont été somme toute mineurs: un arbre a détruit deux sections de clôture de la cour arrière et un autre, à l’avant, s’est abattu sur la ligne d’alimentation électrique de la maison. Résultat: cinq jours sans électricité à vivre comme au camping. Les chats ne s’en sont pas plaint. Nos propriétaires se sont une fois de plus montrés plus que diligents.

Après notre retour, nous avons passé quatre jours excitants comme bénévoles aux WIN Games (World Indigenous Nations Games) qui se déroulaient dans des communautés autochtones aux alentours d’Edmonton. Ci-haut, le grand chef Wilton Littlechild, idéateur de cette compétition, durant les cérémonies d’ouverture, puis la compétition de souque à la corde entre la délégation du Panama et une équipe canadienne, et enfin un «Haka» par la délégation Maorie durant les cérémonies de clôture.

Mes lectrices et lecteurs canadien(ne)s entendent parler des feux de forêt qui font rage depuis plus d’un mois en Colombie Britannique via les médias d’information. Ici, certains jours (c’est d’ailleurs encore le cas aujourd’hui), nous en respirons la fumée.

L’été nous apporte aussi, comme toujours, son lot de météo inquiétante. Ces nuages n’avaient bien sûr rien à voir avec la météo qui, il y a trente ans, a apporté une tornade dévastatrice sur Edmonton. Toutefois, lorsqu’ils nous sont passés au-dessus du crâne, environ une demi-heure après la prise de cette photo, la course était un peu plus ardue dans le vent et les petits grêlons. Et oui, je continue l’entraînement avec mon cher et tendre. Une dizaine de livres en moins depuis avril.

Le jardin fleurit toujours…

Pas bô

entree-collegeJe sais… cette photo ne fera pas les annales de la photographie. Elle a été prise à la sauvette pendant que j’attendais dans le hall d’entrée du collège que mon cher et tendre vienne me cueillir avant que nous partions pour Edmonton. Oui… l’hiver semble être arrivé tôt cette année. On nous annonçait un cocktail particulièrement désagréable de neige, de pluie verglaçante… et tout et tout. Et nous avons eu tout ça. Hier, en fait, Environnement Canada avait émis un «bulletin météorologique spécial» nous annonçant cette météo d’apocalypse et, sachant qu’il me fallait aller à Edmonton aujourd’hui pour le Congrès de la francophonie albertaine, je me suis empressé d’aller faire installer les bottes d’hiver de Daphné. Et nous sommes arrivés à Edmonton en toute sécurité et avec un minimum de trépidation. Vive les Blizzak!

Chats sous un ciel orageux

chats-sous-lorageCe soir, le ciel couvert nous laissait voir une lumière plutôt spectaculaire… que messieurs les matous qui vont au jardin (Edgar et Rusty) semblaient contempler avec une certaine dose d’appréhension… Pourtant, ils devraient depuis le temps s’être habitués à ces orages qui marquent plusieurs fins de soirées d’été par ici.

Fierté collégiale

FiertéRDC2016Je ne pouvais pas être présent à l’événement hier, mais le collège, pour la première fois dans son histoire, a hissé le drapeau de la Fierté près de son entrée principale lors d’une petite cérémonie qui s’est tenue hier matin. J’étais au collège cet après-midi et il y était toujours! Comme quoi il peut y avoir du progrès lorsque la volonté y est. Je crois que le crédit est dû à la présidente de l’association étudiante, Maryanne McGrath, qui s’identifie à la communauté LGBTQ2. Maryanne a d’ailleurs mis en ligne une courte vidéo de l’événement sur sa page Fesse-de-Bouc.

Grand chantier local: mise à jour

Plan de l'échangeur proposé. Cliquez sur l'image pour accéder au site original.
Plan de l’échangeur proposé. Cliquez sur l’image pour accéder au site original.

En avril dernier, lors de l’annonce formelle du projet, je touchais mot de la rénovation annoncée de l’échangeur qui donne accès à la ville de Red Deer à partir du sud. À l’époque, je n’avais aucune idée précise, sinon la simulation vidéo, de ce que l’ensemble du projet allait amener comme transformations.

Depuis, l’information commence à filtrer. Le ministère des transports a d’ailleurs dédié un site particulier au projet. On y trouve présentement un peu d’information, notamment des cartes, dont celle qui figure ci-haut. On peut également voir quatre vidéos, deux montrant le projet et deux la situation présente. L’ensemble du projet est décrit dans un court document PDF que l’on peut trouver ici. Nous n’avons pas encore commencé à sentir l’impact des travaux; seul un terrain au sud du collège a vu beaucoup d’activité de terrassement, mais on ne sait pas si c’est lié au projet d’échangeur ou si le projet de développement commercial longtemps remis aux calendes grecques ira de l’avant (dans le contexte économique actuel, on peut en douter).

Red Deer s’affirme

Rainbow RD2016J’ai pris cette photo au crépuscule; l’éclairage n’était pas fameux, mais Red Deer suit la tendance cette année: deux passages cloutés au centre-ville ont été peints aux couleurs de l’arc-en-ciel pour marquer la semaine de la Fierté qui commence samedi. La peinture a été appliquée ce matin, et a donné lieu a une petite cérémonie protocolaire:

Craig Curtis, Gérant de la Ville, Dianne Wyntjes, Conseillère municipale, Joel Graham, coordonnateur des événements de la Société de la Fierté de Red Deer, Paul Harris, commerçant et conseiller municipal, Serge Gingras, co-président de la Société de la Fierté de Red Deer et Lynne Mulder et Ken Wong, conseillers municipaux. Photo: Josh Hall, RDNewsNOW. Cliquez sur l'image pour accéder à l'article original.
Craig Curtis, Gérant de la Ville, Dianne Wyntjes, Conseillère municipale, Joel Graham, coordonnateur des événements de la Société de la Fierté de Red Deer, Paul Harris, commerçant et conseiller municipal, Serge Gingras, co-président de la Société de la Fierté de Red Deer, ainsi que Lynne Mulder et Ken Wong, conseillers municipaux. Photo: Josh Hall, RDNewsNOW. Cliquez sur l’image pour accéder à l’article original.

Les activités de la semaine de la Fierté 2016 commencent samedi par un «fruit float» (une descente de la rivière sur des embarcations gonflables) et incluent une variété d’activités. Pas de défilé ici; cela a déjà été essayé sans grand succès, mais peut-être qu’un jour… Depuis le début des activités de la Fierté il y a cinq ou six ans, les activités augmentent d’année en année.

Pride 2016 Activities
Mise à jour, 9 août: Comme on peut le voir sur la photo prise hier soir, un imbécile s’est amusé à ajouter sa touche véhiculaire personnelle sur l’un des passages cloutés (et cela s’est produit assez tôt hier, apparemment, car Oyaté a vu ces traces au milieu de l’après-midi). La Société de la Fierté avait ceci à dire sur sa page Face-de-Bouc aujourd’hui:Pride Update 2016-8-9Je doute qu’une plainte formelle soit portée… mais on verra et on peut toujours espérer.

Chatoune

ChatouneCes derniers jours, nous avions été suivis à plusieurs reprises par cette petite chatte noire lors de nos pérégrinations vespérales. Comme elle semblait perdue, mais très attachée aux humains, nous avons décidé de revenir dans le secteur avec l’une de nos cages de transport et de lui offrir l’hospitalité, le temps de nos mettre à la recherche de ses propriétaires ou de la remettre à un organisme chargé de la faire adopter. Comme nous l’avons capturée un samedi soir, il n’y avait rien d’ouvert… Nous avons contacté la SPCA dimanche matin, mais ils débordent de chats (en partie à cause des animaux récupérés à Fort McMurray suite aux incendies et qui n’ont pu être réunis avec un gardien). À cause de nos propres engagements, elle a donc vécu trois jours dans notre garage avant que nous puissions l’amener chez le vétérinaire pour vérifier si elle avait un gardien légitime. Mardi matin, nous l’y avons laissée. Un tatouage dans l’oreille a permis de retrouver ses gardiens et elle est retournée chez elle. Cette chatte adorable avait eu le temps de reprendre un peu du poil de la bête chez nous.