Féérie hivernale

Comme chaque année, le parc devant l’hôtel de ville prend des airs féériques pour la fin d’année. Le temps doux des derniers jours s’y prêtait et, lors de l’une de nos promenades vespérales, Oyaté et moi avons pris quelques clichés dans le parc… et quelques vidéos.

Il y a aussi une grande épinette maigrelette (elle pousse là, on ne l’y a pas apportée pour l’occasion) qui se fait décorer chaque année. Pourtant, cette année, il me semble qu’ils ont quelque peu raté l’effet… mais l’intention est là!

Publicités

Réaménagements

Couloir 2013Je sais. Il y a très longtemps que je n’ai pas noirci ces pages de quelques caractères… et ajouté quelques photos. Tous les blogueurs le savent: lorsque la vie «en vrai» nous tient occupé… il reste peu de temps pour la blogosphère. L’année scolaire a repris en lion il y a déjà plus de deux mois et depuis il semble que le temps a cessé de m’appartenir.

L’été dernier a volé à une vitesse fulgurante. Comme certains s’en souviendront, pendant que notre voiture était à se faire refaire une beauté, j’ai entièrement repeint l’intérieur de notre maison. Voici quelques échantillons. En tête de cet article, le corridor, qui suit logiquement les travaux dont j’ai déjà parlé concernant la niche téléphonique que l’on peut voir à l’extrême droite. Suivent des photos du salon, de la salle à manger, de la chambre, de la cuisine, ainsi que de mon bureau au sous-sol, dont j’ai touché mot plus tôt cette année lorsque j’ai renversé les meubles.

Salon 2013 Salle à manger 2013 Chambre 2013 Cuisine 2013 Cuisine ouest 2013 Bureau ouest 2013 Bureau est 2013Le (très beau) rouge a été choisi par Oyaté, qui voulait aussi en mettre dans la chambre… j’y ai opposé mon véto, préférant un bleu calme (une teinte plus foncée du même bleu que pour la salle de bains refaite plus tôt cet été). Les restes de ces deux bleus, mélangés, ont servi à peindre mon bureau. Je craignais que ce soit un peu sombre au sous-sol, mais finalement, c’est très agréable. Comme on peut voir, j’ai enfin réussi à aménager un petit coin-prière qui a été inauguré fin août, lors de la visite d’un ami prêtre. Aussi, l’impressionnante collection de DVDs de mon amour a suivi son bureau à l’étage.

Les grands travaux de peinture sont presque terminés. Je n’ai pas eu le temps de repeindre l’intérieur des armoires de cuisine (qui en ont bien besoin) et il reste des cadres de fenêtres à terminer à l’extérieur, mais comme nous venons d’avoir notre première tempête de neige… ça attendra!

Météo Red Deer 2013-11-2

Décorations

decorations-a-red-deer
Une des nombreuses résidences décorées de Red Deer (non, ce n'est pas chez moi)

Personne ne sait la date exacte de la naissance de Jésus. Il n’y avait pas de journalistes pour interviewer le bœuf et l’âne que François d’Assise a mis dans sa crèche (bon, je fais dans l’anachronisme éhonté, ici). Les écrits bibliques concernant la naissance de Jésus mettent davantage de l’avant l’espoir suscité par sa naissance, liant ces événements aux chants prophétiques du livre d’Isaïe. Cet espoir fut associé au plan symbolique à la renaissance de la lumière (d’où l’utilisation du violet comme couleur liturgique de l’Avent — et du carême). Dans la nature, cette couleur illumine le ciel juste avant le lever du soleil et qui annonce le jour nouveau.

Ce n’est pas pour rien que la célébration de la naissance du Christ allait être associée aux diverses célébrations «païennes» entourant le solstice d’hiver et les jours qui rallongent à sa suite. À Rome existait déjà un festival populaire, les Saturnales, une sorte de carnaval qui permettait, pour une journée, aux esclaves d’être libres et d’être servis par leurs maîtres, et ce une semaine avant une autre fête, remplacée par Noël: celle du sol invictus (soleil invaincu). La récupération par l’Église installée à Rome de ces fêtes romaines a amené la christianisation de la symbolique de la lumière. Et cela perdure de nos jours: à cette époque de l’année, on voit apparaître partout des décorations colorées et lumineuses, qui ont surtout pour but symbolique de combattre la longue nuit (en ce 24 décembre, le soleil ne se lèvera sur Red Deer qu’à 8 h 44 et se couchera dès 16 h 26) et de rappeler que le soleil reviendra.

À Red Deer comme partout en Occident, on voit des gens qui, par exubérance, mêlent les symboles (le Pêre Noël côtoie la crèche dans la photo ci-haut) et installent de véritables spectacles son-et-lumière sur leur terrain. Personnellement, je n’ai simplement pas eu le temps (et je n’ai plus l’énergie) de décorer. Cependant, l’an dernier, j’avais monté un sapin bien traditionnel dans mon salon (sous lequel Monsieur R aimait bien aller se réfugier) et j’avais décoré l’extérieur en affublant mes arbres de lumières.

arbre-de-noel-2007

Cela ne m’empêche pas de jouir des décorations qui se trouvent un peu partout. J’ai déjà mentionné que dans le village voisin de Lacombe, on trouve des décorations de rues qui me rappellent celles de la ville où j’ai grandi. Samedi soir dernier, je m’y suis donc rendu (même s’il faisait froid) pour prendre quelques photos que je vous partage. Je vous souhaite un très joyeux Noël, que vous le viviez en solitaire, en famille ou avec des amis.

decorations-avec-rue
Chaque lampadaire a droit à une décoration différente
boule-ornee-dans-losange
Quand j'étais enfant, c'était une de mes préférées

etoile-dans-cerclecloche-dans-cercle

Peut-être est-ce
Peut-être est-ce l'étoile que l'on voyait le travailleur installer dans l'article précédent

bougies

En plus de ces décorations traditionnelles probablement créées dans les années 1960, quelques nouvelles se sont ajoutées (comme à Joliette, d’ailleurs). Voici trois exemples:

bougie-et-houxetoiles

Je ne pouvais pas
Je ne pouvais pas m'empêcher de voir une certaine ironie à la juxtaposition de ce soldat de plomb et de l'affiche indiquant un passage clouté. J'avoue que j'ai aussi quelques réserves à voir un soldat représenter une fête qui se veut celle du Prince de la Paix... mais enfin. De plus, c'était devant le cénotaphe de Lacombe, et j'ai comme dans l'idée que ce n'était pas par hasard.
Belle maison décorée avec goût à Lacombe
Belle maison décorée avec goût (et modération!) à Lacombe

Noël à Lacombe…

decorations-noel-lacombeRessemble étrangement à Noël à Joliette! J’ai été surpris, l’automne dernier, alors que je conduisais de nuit à travers le village de Lacombe (ne me demandez pas ce que j’étais allé y faire; je ne m’en souviens plus). J’ai constaté que les décorations de Noël suspendues aux lampadaires étaient identiques à celles qui ornaient la ville de Joliette depuis ma plus tendre enfance! Ils ont dû avoir les mêmes fournisseurs. D’ici peu, il faudrait que je retourne en prendre des photos pour illustrer davantage mon propos! D’ici là, vous avez celle-ci, d’un ouvrier installant les décorations, tirée du journal local, le Lacombe Globe.

Joyeux Avent à tous. J’invite d’ailleurs ceux qui cherchent une réflexion quotidienne pour nourrir leur cheminement vers la Nativité à visiter l’ami Boris qui a décidé de marquer l’Avent de manière originale.

Voyez-vous une différence?

Cet après-midi… il me fallait faire le ménage hebdomadaire. Et j’ai enfin décidé de m’attaquer à une tâche que je retardais depuis au moins deux mois… Le nettoyage des stores de la cuisine. Ça m’a pris un bon 45 minutes pour nettoyer les stores des deux fenêtres. Latte par latte. La personne qui a inventé le store vénitien n’a pas pensé à la poussière… surtout sur les stores foncés! Et pourquoi y en a-t-il dans ma cuisine? Parce que mes proprios les y ont installés et que je n’ai pas encore priorisé leur remplacement… Donc, deux ou trois fois par année, je me décide à m’attaquer à leur recouvrement velu. Enfin…

Et si vous vous demandez si ma vie manque d’activités amusantes… eh bien! Peut-être que c’est le cas certains jours! En tout cas, c’est une excellente méthode de procrastination lorsqu’une pile de correction et d’autres bidules encore moins intéressants attendent… Justement, il faut que j’aille faire le repassage!

Mon petit ménage domestique, qui peut prendre deux heures au maximum, n’est cependant rien en comparaison de cet effort à l’échelle nationale