Automne

Parce que malgré tout la vie continue (et je commence à reprendre mon retard au travail), un échantillon de la vue que nous avions l’autre jours en faisant notre course à pied aux environs du Ruisseau de la boue blanche. La lumière commençait à sérieusement s’étioler, mais il en restait quand même assez pour pouvoir admirer le paysage. Les rouges vifs de la vallée du Saint-Laurent me manquent chaque automne, mais il y a quand même une beauté à cette nature quasi-sauvage en pleine ville.

Bain de foule

Depuis les événements qui ont bouleversé notre vie collective en mars 2020, mon cher et tendre et moi-même évitons soigneusement les foules… parce que, franchement, ça ne vaut pas la peine de se rendre plus malades que nécessaire. Cependant, malgré nos réticences, il fait du bien de temps à autre de voir d’autres humains. C’est donc ce que nous avons fait cet après-midi alors que nous devions nous rendre dans le quartier Old Strathcona pour une course bien précise et que nous avons pu constater qu’il y avait foule. Nous avons alors appris qu’il s’agissait de la Marche (ou marché) des Arts de l’Avenue Whyte, pendant laquelle le quartier se transforme en foire artistique

Comme il faisait très beau (avant que le ciel s’ouvre à nouveau et laisse tomber des trombes d’eau), nous avons décidé, derrière nos masques, de braver la foule (que l’on ne voit pas sur la photo ci-haut parce que… je cherchais justement un endroit d’où on pourrait avoir une vue dégagée) et de nous aventurer parmi les kiosques. Nous avons donc fait le tour du site, mon cher et tendre portant autant attention à la foule (et aux individus la composant) qu’aux œuvres exposées. C’est intéressant de constater qu’il y a en Alberta une vie artistique bien active, même si franchement je trouve que la plupart des artistes présents sont, bon… plutôt moyens dans leurs talents avec beaucoup d’œuvres dérivées. Je n’ai rien acheté, mais il y avait quelques œuvres intéressantes ici et là. Ça faut quand même le détour si vous êtes en ville cette fin de semaine.

Après avoir parcouru les étals, mon cher et tendre a simplement affirmé qu’il nous faudrait réveiller nos bons vieux appareils photos et nous mettre un peu au travail pour achever la décoration du logis… Ce serait un bon moyen de passer cet été hors de la maison!

Sous un ciel menaçant

Notre petite promenade de début de soirée s’annonçait prometteuse hier soir… jusqu’à ce que cette cellule orageuse nous tombe dessus. Oui, nous avions consulté les prévisions météos, mais comme elles sont souvent imprévisibles par ici, on ne s’en faisait pas trop. Nous avons eu droit à un peu de tonnerre… quelques éclairs, mais aussi à une douche bien involontaire qui nous a trempés en moins de deux cent mètres à parcourir avant de rejoindre notre maison! C’était quand même spectaculaire à voir avancer au-dessus du parc avoisinant.

Vague de froid

Pas très loin de chez nous, à l’Halloween et au temps des Fêtes chaque année, un voisin se lance avec un enthousiasme délirant dans la décoration… pour le plus grand plaisir du voisinage (cliquez sur l’image pour voir la même maison à l’Halloween!). L’un des bonhommes ne pouvait mieux représenter le temps actuel:

Nan mais… si vous suivez un peu l’actualité, vous savez que les trois provinces les plus à l’ouest sont présentement sous l’influence d’une masse d’air arctique qui semble s’être installée à demeure. On ne nous a pas encore ressorti l’expression «vortex polaire» mais cela en a toutes les apparences:

Image tirée du site d’Environnement-Canada. Cliquez sur l’image pour avoir accès à l’information mise à jour.

Voilà… Cela ne nous empêche tout de même pas d’aller profiter un peu de l’extérieur, bien emmitouflés dans nos parkas et autres accessoires de survie au froid:

Ça, c’était la nuit dernière (la photo a été prise à la lueur d’un réverbère) avec l’état de la météo à ce moment-là. Nous n’avons pas encore sorti les chapkas, mais si nous allons nous trotter ce soir, cela ne sera probablement pas de trop.

Ce soir, le froid s’est accentué et, ironie du sort, le «Top 10» des événements météo de l’année 2021 au Canada qui apparaît aujourd’hui concerne les vagues de chaleur de l’été dernier. On ne pourrait pas faire plus ironique si on essayait!


Notre arsenal contre la froidure s’est enrichi, ces derniers jours, de véritables bottes d’hiver capables de supporter ces températures des heures durant. Nous ne nous priverons pas d’aller à l’extérieur simplement parce que Mère Nature a décidé de rendre ça difficile. Et ça ne s’annonce pas bien mieux pour les prochains jours; on ne peut quand même pas rester enfermés tout ce temps!

Prévisions affichées sur le site d’Environnement-Canada. Cliquez sur l’image pour accéder au site et aux prévisions à jour.

Au feu!

Nous devions nous rendre à Calgary aujourd’hui. Là-bas, il faisait un temps superbe cet après-midi, avec un ciel clair et une belle chaleur sèche. Sur le chemin du retour, nous avons pu constater que nous allions retourner à une situation fort différente. Lorsque nous étions partis ce matin, il y avait déjà passablement de fumée dans l’air, mais au retour, c’était bien pire. Comme il faisait nuit lorsque nous sommes arrivés en ville, il n’y avait pas vraiment moyen de capturer l’image presque irréelle de ce «brouillard» sec et étouffant, mais cette photo prise (par mon cher et tendre pendant que je conduisais, rassurez-vous) a été prise tout près d’Antler Hill au nord d’Innisfail. La colline disparaît presque dans la fumée.

Cote air santé à Edmonton le 17 juillet 2021
Image tirée du site d’Environnement-Canada. Cliquez sur l’image pour accéder aux renseignements à jour.

Edmonton vit depuis quelques jours sous le coup d’un «bulletin spécial» concernant la qualité de l’air, mais c’est la première journée que la qualité de l’air est si mauvaise qu’elle dépasse l’échelle à dix degrés qui sert de mesure.

Saisie d'écrant illustrant l'état de la fumée au sol dans les Prairies au 17 juillet.
Image tirée du site d’Environnement-Canada. Cliquez sur l’image pour accéder aux renseignements à jour. Edmonton se trouve à la pointe de la flèche verte.

Cette carte animée dans l’original montre le mouvement de la fumée. Étrangement, ce ne sont pas tant les feux de Colombie-Britannique qui nous affectent présentement, mais plutôt ceux qui dévastent les forêts du nord de la Saskatchewan.

Capture d'écran illustrant la fumée à l'échelle de l'Amérique du Nord au 17 juillet 2021.
Capture d’écran du site Firesmoke.ca. Cliquez sur l’image pour voir la carte interactive, zoomable, et animée.

La fumée affecte l’Amérique du Nord en entier. Ce n’est pas nécessairement rare en période estivale, mais cela est rendu exceptionnellement grave par la chaleur et la sécheresse qui perdurent dans les Prairies. Au moins, la chaleur nous laisse un peu de répit présentement, ce qui nous permet de laisser les fenêtres fermées.