Red Deer est fière

Comme c’est le cas depuis trois ans, Central Alberta Pride a marqué deux passages cloutés qui traversent l’artère principale du centre-ville pour marquer le début de la semaine de la fierté gaie. Cette année, les marques sont restées plutôt indemnes; j’ai pris cette photo le soir-même de leur installation, jeudi dernier, et on n’y avait pas encore fait de traces de pneus autres que celles normalement causées par le passage des véhicules. C’est un progrès, en quelque sorte.

Il est également impossible à quiconque regarde vers le centre-ville d’ignorer l’éclairage de Executive Place qui marque également la semaine de la Fierté.

Diverses activités ont été organisées, le tout commençant par un après-midi de célébration au parc des étangs Bower. Plusieurs sont à caractère familial et davantage célébratoires que revendicatrices… mais c’est quand même beaucoup mieux qu’il y a quelques années. Jusqu’ici, nous n’avons pas participé aux activités… on verra d’ici la fin de la semaine!

Publicités

Fierté à Edmonton le 9 juin dernier: un album

Ceci n’est qu’une des 173 photos d’un album disponible ici… Commentaire à venir!

Amuse-gueules

Voici deux courtes vidéos que j’ai prises au défilé de la Fierté 2018 à Edmonton, samedi dernier. Comme ces deux courtes prestations se prêtaient davantage à la vidéo qu’à la photo, j’ai rapidement sorti mon ordiphone pour en capturer un court moment.

Ce que les anglophones appellent une Colour Guard.

Puis un groupe de cornemuses… J’aime beaucoup la cornemuse. C’est un instrument parfait pour les défilés et les parades.

Prochaine mise à jour à ce sujet (il y a plus de 500 photos à traiter), après-demain ou samedi.

 

Fierté collégiale

FiertéRDC2016Je ne pouvais pas être présent à l’événement hier, mais le collège, pour la première fois dans son histoire, a hissé le drapeau de la Fierté près de son entrée principale lors d’une petite cérémonie qui s’est tenue hier matin. J’étais au collège cet après-midi et il y était toujours! Comme quoi il peut y avoir du progrès lorsque la volonté y est. Je crois que le crédit est dû à la présidente de l’association étudiante, Maryanne McGrath, qui s’identifie à la communauté LGBTQ2. Maryanne a d’ailleurs mis en ligne une courte vidéo de l’événement sur sa page Fesse-de-Bouc.

Red Deer s’affirme

Rainbow RD2016J’ai pris cette photo au crépuscule; l’éclairage n’était pas fameux, mais Red Deer suit la tendance cette année: deux passages cloutés au centre-ville ont été peints aux couleurs de l’arc-en-ciel pour marquer la semaine de la Fierté qui commence samedi. La peinture a été appliquée ce matin, et a donné lieu a une petite cérémonie protocolaire:

Craig Curtis, Gérant de la Ville, Dianne Wyntjes, Conseillère municipale, Joel Graham, coordonnateur des événements de la Société de la Fierté de Red Deer, Paul Harris, commerçant et conseiller municipal, Serge Gingras, co-président de la Société de la Fierté de Red Deer et Lynne Mulder et Ken Wong, conseillers municipaux. Photo: Josh Hall, RDNewsNOW. Cliquez sur l'image pour accéder à l'article original.
Craig Curtis, Gérant de la Ville, Dianne Wyntjes, Conseillère municipale, Joel Graham, coordonnateur des événements de la Société de la Fierté de Red Deer, Paul Harris, commerçant et conseiller municipal, Serge Gingras, co-président de la Société de la Fierté de Red Deer, ainsi que Lynne Mulder et Ken Wong, conseillers municipaux. Photo: Josh Hall, RDNewsNOW. Cliquez sur l’image pour accéder à l’article original.

Les activités de la semaine de la Fierté 2016 commencent samedi par un «fruit float» (une descente de la rivière sur des embarcations gonflables) et incluent une variété d’activités. Pas de défilé ici; cela a déjà été essayé sans grand succès, mais peut-être qu’un jour… Depuis le début des activités de la Fierté il y a cinq ou six ans, les activités augmentent d’année en année.

Pride 2016 Activities
Mise à jour, 9 août: Comme on peut le voir sur la photo prise hier soir, un imbécile s’est amusé à ajouter sa touche véhiculaire personnelle sur l’un des passages cloutés (et cela s’est produit assez tôt hier, apparemment, car Oyaté a vu ces traces au milieu de l’après-midi). La Société de la Fierté avait ceci à dire sur sa page Face-de-Bouc aujourd’hui:Pride Update 2016-8-9Je doute qu’une plainte formelle soit portée… mais on verra et on peut toujours espérer.

Fierté à Edmonton

Fierté Edmonton 2016
Photo: CBC. Cliquez sur l’image pour accéder à l’article original.

C’était aujourd’hui le défilé de la Fierté à Edmonton. Ce défilé, dont j’ai déjà parlé au tout début de ce blogue, a beaucoup crû depuis: une centaine de groupes défilaient cette année, ce qui marque certes un changement de l’atmosphère sociale en Alberta. De plus, la première ministre provinciale, Rachel Notley, y était. Je crois que c’est la première fois que le chef du gouvernement s’y trouve. L’année dernière, celui qui n’était pas encore le premier ministre fédéral y était aussi.

Rachel Notley, première ministre provinciale, Linda Duncan, députée fédérale et Don Iveson, maire d'Edmonton à la Fierté de 2015. Photo: Radio-Canada. Cliquez sur l'image pour accéder au site original.
Rachel Notley, première ministre provinciale, Linda Duncan, députée fédérale d’Edmonton-Strathcona et Don Iveson, maire d’Edmonton à la Fierté de 2015. Photo: Radio-Canada. Cliquez sur l’image pour accéder au site original.

Malheureusement, même si j’avais prévu m’y rendre, j’ai dû, une fois de plus, louper le défilé pour cause de réunion qui s’est étirée au-delà du temps imparti. En fait, je n’ai pu y être qu’en 2008 et 2011. Ce n’est que partie remise pour l’année prochaine!

Edmonton a sa fierté

Au cas où vous vous le demanderiez, c’est une femme. Elle était parmi les participant(e)s les plus flamboyant(e)s du défilé de la fierté qui a eu lieu à Edmonton cet après-midi avenue Jasper, en plein centre-ville. Je n’ai pas parlé beaucoup de choses gaies, puisque à Red Deer, c’est, disons, bien discret. Néanmoins, il y a bel et bien une vie gaie en Alberta et une revue mensuelle (malheureusement pleine de fautes) est publiée à Calgary. Comme toutes les publications du genre, on y retrouve surtout de l’information pour celles et ceux qui fréquentent les bars, mais à l’instar du Fugues montréalais, il s’y trouve également divers renseignements d’intérêt communautaire. Ce mois-ci, la une est occupée par une nouvelle docteure Honoris Causa de l’Université de l’Alberta que j’ai déjà mentionnée dans ce blogue.

Le défilé s’est ébranlé au coin de la 108e Rue et de l’Avenue Jasper, donc à un jet de pierre de la Législature provinciale, peu après 14 heures et le dernier char est apparu au coin de ces rues vingt minutes plus tard. C’est plutôt modeste en comparaison de ce que j’ai connu à Montréal, mais l’essentiel y était.

Même les services de transports en commun avaient tenu à se rendre visibles, cherchant à se montrer accueillants par leur «Welcome aboard». Je ne pense pas que l’orientation sexuelle des usagers préoccupe particulièrement les chauffeurs d’autobus, mais la présence de cet autobus soulignait un des sous-thèmes du défilé, soit la conscience environnementale.

Dans le même esprit, le grand drapeau de la fierté était commandité par Planet Organic, une chaîne de commerces d’alimentation naturelle fondée à Edmonton en 1993.

Les communautés gaies d’Edmonton et de Calgary élisent annuellement un «empereur» et une «impératrice». Montréal a sa Mado, qui règne sans conteste depuis plusieurs années sur la communauté de la rue Sainte-Catherine est, ici, personne n’a encore pu établir de dynastie durable et les empereurs et impératrices se succèdent depuis trente-et-un ans à Edmonton!

Les jeunes du Camp Fyrefly, un camp de leadership destiné aux jeunes «lesbiennes, gais, bisexuel(le)s, transgenres, doubles-esprits, queer et alliés» suivaient les dignitaires en tête du peloton. Ils étaient nombreux et dynamiques.

Venaient ensuite plusieurs syndicats qui affirmaient leur soutien au mouvement pour l’égalité représenté par la fierté gaie (et autres). Le syndicat des postiers était particulièrement présent et distribuait des affiches.

PFLAG, un groupe de soutien pour ceux qui ont des membres de la communauté gaie parmi leurs proches (et qui se posent des questions à se sujet ou qui ont de la difficulté à accepter la chose) était précédé par cette petite voiture télécommandée qui attirait l’attention malgré son petit format. Il faut dire que comme la foule était loin d’être compacte, bien qu’il y avait du monde tout le long du parcours.

Divers groupes religieux étaient présents, de l’Église unie, probablement l’église chrétienne la plus ouverte à la réalité gaie, aux Quakers, en passant par les unitariens, dont on voit plus bas une pasteure revêtue de son étole de circonstance.

Tous les groupes religieux, peu importe leur allégeance, soulignaient l’importance de l’ouverture d’esprit et de l’acceptation.

Même les athées étaient représentés. Ils avaient l’air un peu sérieux… Tous ces groupes avaient droit, à la fin du parcours, à un kiosque d’information où ils pouvaient promouvoir leurs activités. Ça fait partie de la dynamique de ces défilés.

Plusieurs sociétés de protection des droits des animaux étaient présentes, élargissant le thème de l’acceptation universelle à nos amis à quatre pattes (ou plus, ou moins, ou à ailes ou à nageoires).

Et on nous offrait des câlins gratuits. Ce petit groupe était probablement le plus amusant de tous, puisque ces joyeuses embrassades étaient particulièrement bruyantes.

Comme dans tous les défilés de la fierté, on retrouvait certaines «variétés» de la communauté, dont le groupe cuir. Les habitués du défilé de Montréal remarqueront peut-être qu’on voit passablement moins de peau ici… on pourrait penser que cela tient aux mentalités plus conservatrices, mais je pense qu’il y a une autre explication, plus pragmatique. Disons qu’à Edmonton, en cet après-midi du 14 juin, on supportait le slip. Rien à voir avec les chaleurs suffocantes d’un après-midi d’août à Montréal.

Quelques ours s’étaient déplacés pour l’occasion, bien qu’ils n’étaient pas formellement présents dans le défilé lui-même. En fait, après le passage du dernier char, j’ai marché pendant quelques minutes avec la foule et lorsque le cheminement du défilé a marqué une pause momentanée pour laisser passer la circulation d’une rue transversale, j’ai remonté tout le défilé jusqu’à son début, que j’ai rejoint avant qu’il entre dans le Parc Churchill, où il se terminait. Cela m’a permis de prendre quelques clichés de la foule.

Plusieurs groupes sportifs de la communauté étaient également présents et cherchaient à recruter. Je ne l’ai pas inclus, mais il y avait un gros Hummer rouge de la police d’Edmonton qui cherchait à recruter. Avis aux intéressé(e)s. Il est un peu dommage qu’ils n’aient même pas fait l’effort de décorer leur voyant véhicule pour la circonstance… pas même la moindre banderole arc-en-ciel. Ça en dit long sur l’inclusivité dans le milieu et ça contraste avec le service de police d’Ottawa, pour laquelle je connaissais un recruteur (qui fut un de mes étudiants) qui me disait qu’ils cherchaient justement à pêcher leurs nouveaux effectifs parmi les minorités, affirmant que «la diversité, c’est important».

Des partis politiques étaient représentés… mais pas tous. En fait, les partis conservateur et libéral étaient complètement absents du défilé, si ce n’est par la présence de Laurie Blakeman, députée libérale provinciale d’Edmonton-Centre dans l’un des premiers véhicules. Le Nouveau Parti Démocratique, dont l’engagement envers les causes sociales a toujours fait partie de son orientation fondamentale, ne surprenait personne par sa présence dans le défilé.

Ni d’ailleurs le Parti Vert, qui soulignait également la dimension environnementaliste qui sous-tendait le défilé dans son ensemble. Ni l’un, ni l’autre de ces partis ne sont très populaires en Alberta présentement…

Même Gaïa s’était déplacée pour l’occasion, revêtant des bas de circonstance. Est-ce à dire que d’être gai veut automatiquement dire être environnementaliste? Non. Il y a de toutes les tendances politiques à l’intérieur de la communauté gaie autant que dans le reste de la société. Cependant, le message de tolérance et d’acceptation globale véhiculé par les défilés de la fierté ont tendance à attirer davantage les groupes concerné par le bien-être de la société à travers l’engagement pour des causes environnementales ou humanitaires.

Les femmes étaient beaucoup plus présentes dans le défilé ici qu’à Montréal, ce qui résulte peut-être du fait qu’il y avait peu de chars commandités par des bars (quatre au total), lesquels visent souvent une clientèle masculine. D’ailleurs, même les chars des bars étaient plutôt modestes.

En voici un, promouvant le seul bar ouvertement et exclusivement gai des quatre présents. Pas de danseurs… pas de musique.

L’Empress était un peu plus visible. D’ailleurs, les personnages du char avaient à leur disposition du fruit du houblon bien frais et ils s’en désaltéraient allègrement tout le long du parcours. La photo a été prise au début… Vers la fin, les occupants du char étaient plutôt joyeux.

Le défilé était clôturé par le char de Woody’s, probablement le plus voyant de tous et celui qui représentait le mieux la diversité par les personnes qui y étaient présentes.

Ceux qui avaient soif pouvaient trouver à se désaltérer auprès de cette charmante drag queen associée au quatrième bar dont je n’ose pas afficher la photo du char pour ne pas attenter aux bonnes mœurs… disons simplement qu’il y avait à l’avant de ce char une personne de sexe masculin qui aurait mieux fait de porter des vêtements couvrant une proportion plus élevée de son corps… qui n’avait rien de très aguichant. Vous voulez vraiment le voir? Suivez ce lien. Tous les goûts sont dans la nature et je ne voudrais pas faire de discrimination, mais… enfin.

Quelques rares commerces marquaient leur soutien à la «cause», comme ce bar situé sur la route du défilé et assez près du lieu de rassemblement final. Commode, non?

Si je ne me trompe, un des groupes de de défense des animaux était accompagné par le Pied Piper. Le symbolisme est intéressant. L’homme faisait seulement semblant de jouer…

Au point de rassemblement final au Parc Churchill, plusieurs commerces avaient installé leurs comptoirs alimentaires, dont cette pizzeria réputée d’Edmonton. Avis aux amateurs de pizza qui se retrouveraient éventuellement à Edmonton. En plus, le côté festif et vaguement irrévérencieux du nom et de l’image allait fort bien avec l’atmosphère de la Fierté.

Le Parc Sir Winston Churchill est en fait un vaste espace aménagé pour les spectacles et l’animation de masse. Je doute que le Premier Ministre britannique à la mine renfrognée aurait particulièrement apprécié cet usage particulier d’un espace portant son nom, mais il pouvait être pince-sans-rire… donc qui sait?

La foule se rassemblait donc dans le square. À l’avant-plan, on retrouve les divers kiosques des groupes ayant participé au défilé et à l’arrière se trouvait un espace clôturé où de l’animation devait avoir lieu toute la journée. Il fallait cependant payer et… je suis cheap. De plus, je ne peux prendre des bains de foule que de manière limitée et j’avais le goût de faire autre chose du reste de ma journée. Cependant, cet événement était à la fois intéressant et instructif en ce qui concerne les ressources de la communauté gaie à Edmonton. Avant de rentrer à Red Deer, il me fallait aussi passer par le Italian Centre, car j’étais à court d’huile d’olive… le drame!

Celles et ceux qui voudraient voir une sélection plus vaste des photos présentées dans l’ordre du défilé, allez voir l’album Picasa.