Quelques images printanières

Un premier signe (fort attendu!) d’un printemps qui s’est longtemps fait attendre ici, la première journée où nous avons (enfin!) pu courir dehors plutôt qu’en salle d’entraînement. Nous avons retrouvé notre piste bien-aimée le 25 avril, après que la neige qui l’encombrait a finalement complètement fondu quelques jours plus tôt. Depuis, nous alternons entre piste et salle de gym, entre autres pour varier les exercices, mais aussi pour éviter les moustiques qui, eux aussi, profitent du retour de la belle saison et qui sont particulièrement voraces en début de soirée, au moment où nous allons généralement courir. J’ai aussi repris l’habitude de me rendre au collège à vélo.

Non, ce n’est pas (juste) une photo de minets. Il s’agit d’un deuxième signe tangible de l’arrivée du printemps: l’ouverture des fenêtres du sous-sol. Évidemment, les deux frères en ont profité pour prendre tout l’air frais pour eux-mêmes, mais qui peut les blâmer?

La façade sud de la maison est évidemment la première où se manifestent les fleurs printanières (ici, des tulipes et jacinthes. Oui, un nettoyage s’impose. On voit aussi la fenêtre de l’atelier qui a revêtu ses atours d’été (moustiquaire). Cette photo a été prise à la fin avril; ces tulipes sont maintenant en fin de floraison.

C’est maintenant le tour de celles qui se trouvent sur le côté est et dans la plate-bande en façade (nord) de se donner en spectacle.

Enfin… celles qui le peuvent. Nous avons découvert l’autre jour un sympathique lapin qui se sentait attiré par ces belles fleurs aussi… Et là aussi, il presse que je fasse un peu de désherbage.Toujours sur la façade nord de la maison, la spirée s’épivarde aussi. Sa floraison est toujours brève et il ne faut pas cligner des yeux sous peine de la manquer!

Sous la spirée et tout le long du côté est de la maison, les muguets commencent à s’épanouir. Bientôt, leur parfum s’infiltrera au sous-sol par la fenêtre vue ci-haut.

Juste à côté, le lilas commence à montrer des signes d’une floraison prochaine, contrairement à ceux d’Olivier, qui sont déjà fanés. Il commence à prendre vraiment de l’ampleur et je pense que nous devrions avoir une belle floraison cette année (probablement d’ici une semaine ou deux).Enfin, mes deux amélanchiers sont en fleurs. Ça promet une très abondante récolte!

Vous ne pensiez pas que j’allais terminer sans chat, quand même?

Publicités

Rusty rêve de s’épivarder

Cette photo a été prise hier, alors que Rusty, perché sur l’allège de la fenêtre de la salle de bains, regardait la cour ensoleillée… mais aussi très enneigée. Contrairement à son frère Edgar, il n’est pas friand de sortir lorsqu’il fait trop froid…

Rusty semblait vouloir me dire: « Non, mais, quand nous ramèneras-tu le printemps? » Bon… on nous promet un réchauffement pour les prochains jours.

Entretemps, nous avons passé une partie de l’après-midi à enlever le petit banc de neige que la Ville avait déposé devant notre trottoir et devant la maison de la voisine (enceinte) dans la matinée. Ce fut notre exercice de la journée.

Edmonton sous la neige

edmonton-neigePhoto prise hier après-midi, une fois le Congrès annuel de la francophonie albertaine terminé. On peut voir au premier plan la verrière et les terrasses du centre de conférences Shaw… puis la vallée de la rivière Saskatchewan Nord vers l’est et le pont piétonnier appelé à être sous peu démoli pour permettre la construction d’une nouvelle ligne de train léger sur rail. Un nouveau lien piétonnier et cycliste sera intégré au nouveau pont du train, peut-être comme le pont Dudley Menzies, un peu plus à l’ouest.

Oh! Et pour notre retour à Red Deer, on nous prévoit de la pluie verglaçante. Le cocktail complet, je vous dis!

Photo tirée du site d'Environnement Canada. Cliquez sur l'image pour accéder aux prévisions à jour.
Photo tirée du site d’Environnement Canada. Cliquez sur l’image pour accéder aux prévisions à jour.

Pas bô

entree-collegeJe sais… cette photo ne fera pas les annales de la photographie. Elle a été prise à la sauvette pendant que j’attendais dans le hall d’entrée du collège que mon cher et tendre vienne me cueillir avant que nous partions pour Edmonton. Oui… l’hiver semble être arrivé tôt cette année. On nous annonçait un cocktail particulièrement désagréable de neige, de pluie verglaçante… et tout et tout. Et nous avons eu tout ça. Hier, en fait, Environnement Canada avait émis un «bulletin météorologique spécial» nous annonçant cette météo d’apocalypse et, sachant qu’il me fallait aller à Edmonton aujourd’hui pour le Congrès de la francophonie albertaine, je me suis empressé d’aller faire installer les bottes d’hiver de Daphné. Et nous sommes arrivés à Edmonton en toute sécurité et avec un minimum de trépidation. Vive les Blizzak!

Quand il semble neiger en juillet

Grêle AirdrieQuand on vous dit que le temps peut être imprévisible en Alberta pendant l’été. Cette photo a été prise par mon cher et tendre alors que nous traversions Airdrie en nous rendant à Calgary hier. Non, il ne s’agit pas de neige, mais bien de grêle. Nous l’avons échappé belle, d’ailleurs, n’ayant eu qu’à nous ranger sur le bord de l’autoroute pendant quelques minutes en attendant de pouvoir y voir à nouveau à travers la pluie. Cependant, quelques kilomètres plus au sud, on pouvait voir ces accumulations de grêle et à certains endroits, des arbres ont été complètement dégarnis de leurs feuilles, lesquelles jonchaient la chaussée (on peut en voir un à une certaine distance à droite de la photo).

Pour nous, ce fut un voyage sans histoire, sauf le fait que nous n’avons finalement pas pu assister au powwow de la réserve Tsuu T’ina où nous devions nous rendre. Pour d’autres, ce fut une journée riche en déclarations d’assurances.

Temps orageux

CIel albertain 30 juinPeut-être avez-vous entendu parler via les sites de nouvelles que la météo dans les Prairies est, ces temps derniers, propice aux manifestations plutôt brutales. Ça attire même les chasseurs de tornades qui, habituellement, se concentrent sur l’Ouest étatsunien. Pendant la fin de semaine de la fête du Canada, pas moins de cinq tornades ont été répertoriées dans le sud de la province. Bon… ce n’est aucunement rare chez nous en été, et c’est le résultat des conditions géographiques particulières des Prairies qui sont propices à ce phénomène. Jusqu’ici, rien à s’inquiéter pour nous… mais nous voyons parfois des formations nuageuses spectaculaires, comme celle-ci, prise près de Carstairs par Oyaté alors que nous rentrions de Calgary le 30 juin dernier.

La saison des orages

ÉlagueurCet après-midi, pendant que je m’affairais au jardin, nos voisins de l’autre côté de la ruelle avaient la visite d’une équipe d’élagueurs, qui enlevait l’immense arbre qui se trouvait au centre de leur cour arrière. Je parle bien à l’imparfait, car cet arbre, qui avait deux troncs principaux divisés près du sol, s’est à moitié effondré hier soir, démolissant la clôture séparant cette propriété et celle à l’est. Je n’ai pas eu la présence d’esprit de photographier l’arbre écrasé, mais j’ai pris ce petit cliché de l’un des ouvriers qui achevait l’ouvrage.

Nuages orageHier soir, c’est ça qui nous est arrivé au-dessus de la tête. Pas un orage particulièrement fort ou prolongé, mais qui semble avoir provoqué des nuages en entonnoir dans la région. Pas de tornade ou de grêle ici, mais beaucoup de pluie et des vents assez forts… d’où un arbre en moins.