Jamais trop tard…

classeurpeint1Jamais trop tard pour bien faire… J’ai enfin réassemblé et remis en place le classeur peint au garage cet été. Il faut dire que je commençais à avoir hâte de pouvoir me servir du garage pour y ranger Clio, qui attend toujours sagement que Volkswagen nous fasse savoir ce que nous allons faire d’elle.

classeurpeint2Une fois assemblé et rempli de dossiers, j’ai aussi déplacé une bibliothèque en vue de continuer un réaménagement du bureau… cependant, j’ai besoin d’une autre bibliothèque. Aussi, j’ai l’intention de me défaire de l’autre classeur, ou du moins de le déplacer au garage pour servir de rangement. Il aurait lui aussi besoin d’être repeint, parce que son tiroir du bas a aussi été une cible favorite pour notre chat marqueur… Cependant, lorsqu’il sera sorti de la maison, cet autre classeur (construit dans les années cinquante ou soixante aux Ateliers des Sourds-Muets à Montréal et donc indestructible) est tellement lourd qu’il ne redescendra pas les escaliers pour revenir au sous-sol.

Publicités

Suite du projet…

classeurcoteAprès avoir apposé l’apprêt, la suite: la première couche de finition. Cette fois, au pinceau, parce que, vraiment, la peinture en vaporisateur n’a pas ma préférence (même si la finition est meilleure). J’ai utilisé un pinceau mousse pour éviter les marques et aussi parce que, cette peinture n’étant pas facilement lavable, il était préférable d’utiliser un outil jetable après usage.

tiroirs-appretesJe regrette quelque peu de n’avoir pas pensé utiliser une couleur plus intéressante plutôt que de repeindre à l’identique. Un beau classeur rouge, cela aurait été intéressant… mais enfin…

baseMême si je n’ai pas l’intention de mettre le classeur au même endroit où il était (ce projet de peinture fait partie d’un autre projet plus vaste de réorganisation de mon bureau), je vais quand même repeindre la base de bois que j’ai construite la dernière fois pour mettre les deux classeurs à la même hauteur. C’est aussi une expérience pour voir comment la peinture à métal va réagir sur du bois.

tremcladQuelle peinture à métal? Celle-là. La plus toxique et la plus résistante.

Projet d’été

dommagesVous voyez ce bas de classeur? Vous voyez cette rouille? Il s’agit là du résultat conjugué des efforts de messieurs Rafiki, dont certains se souviendront, puis Edgar. Oui… le pipi de chat est extrêmement puissant, jusqu’à faire rouiller des classeurs dont la peinture émaillée est pourtant cuite sur le métal. L’arme de destruction fatale, je vous dis!

sablageAprès sablage vigoureux, il m’a fallu enlever beaucoup de peinture… C’est un projet que je remettais à plus tard année après année… jusqu’à ce que je me décide enfin de le faire, il y a quelques jours.

tiroir1 tiroir2Le plus délicat était de démonter la devanture des tiroirs afin de les peindre sans pour autant obturer le tout. Aussi, je désirais enlever les cadres d’aluminium qui contiennent les étiquettes. J’ai dû étudier la question pendant un bout de temps avant de réussir à démonter le tout. J’ai aussi photographié étape par étape afin de me servir d’aide-mémoire au moment de remonter le tout.

tiroirs tiroirs1Une fois démontés, il s’agit de mettre les pièces intérieures d’un côté et les devantures de l’autre. La devanture que l’on voit à gauche était celle du tiroir du bas du classeur. Le tout a évidemment été numéroté afin de procéder à un réassemblage dans l’ordre.

classeur-et-tiroirsTout ça pour du pipi de chat. Vous vous demanderez peut-être pourquoi je répare ce classeur plutôt que d’en acheter un neuf. Bon… d’une part, il a une valeur sentimentale, puisque c’est un cadeau de mes parents pour mon anniversaire à ma première année d’université, en 1991. Et il était plutôt coûteux. C’est un classeur de très bonne qualité comme on n’en trouve plus sur le marché, sauf peut-être chez les fournisseurs commerciaux, à prix d’or. Cette réparation m’aura coûté le prix de la peinture et un peu de temps.

classeur-appretAprès un sablage vigoureux, un apprêt robuste. En vaporisateur… d’où le besoin de travailler au garage, parce que c’est hautement toxique, cette affaire-là!

dommage-appretComme neuf!

À l’eau!

LavaboavantLavaboaprèsVoyez-vous une différence (à part l’angle de vue)? Voyez-vous les différences? Oui, c’est le même lavabo… et pas le même lavabo. Vous avez probablement remarqué la robinetterie différente. De plus, en cliquant sur la première image vous pourrez voir un gros plan sur un éclat d’émail à gauche du robinet que l’on ne voit pas distinctement au premier coup d’œil, mais qui date des rénovations de la salle de bains en 2013 et qui pourrait avoir été causé par l’entrepreneur, mais je n’en suis pas certain, parce que l’éclat en question s’est révélé lorsqu’un tube de pâte dentifrice est tombé à cet endroit (un choc qui ne saurait pas normalement faire lever de l’émail cuit). J’avais tenté de réparer le dommage avec de la peinture à émail, mais, peu à peu, celle-ci avait à nouveau écaillé. Nous en avions marre du robinet à deux poignées, qui chuintait à chaque ouverture et qui était impossible à nettoyer complètement. J’ai donc décidé de m’en procurer un nouveau, sauf que… je ne pouvais quand même pas installer un robinet neuf sur un lavabo cassé, surtout que le robinet venait avec un mécanisme de renvoi neuf aussi, qui requerrait probablement l’enlèvement du lavabo.

LavabodessousavantLavabodessousaprèsCe qui me donnerait également l’occasion de rectifier quelque peu l’angle du renvoi, qui était légèrement trop bas pour assurer un écoulement efficace, d’où des bouchons à répétition.

Lavabo1Notre cuve de lavabo, quoique assez ancienne, était d’un modèle très courant et donc assez facile à retrouver. Et pas particulièrement cher (une centaine de dollars). J’ai donc résisté à la tentation de remplacer tout le dessus du meuble pour le moderniser. Il faut faire attation au syndrome du «tant qu’à faire…» dans les projets de rénovation.

Lavabo2Donc, on débranche puis on enlève le vieux lavabo, puis on nettoie le tout et on enlève le jointage en silicone, puisqu’il était attaché à l’arrière de la cuve.

Lavabo4Par la suite, je me suis dit que j’aurais bien pu installer le nouveau joint avant de remettre la cuve en place (ce qui en aurait grandement facilité la finition), mais je n’étais pas certain qu’il y aurait de l’espace pour ce faire.

Lavabo3On assemble ensuite la nouvelle robinetterie sur le nouveau lavabo, qu’on installe sur son assise, on refait un joint de silicone, et… voilà!

LavaboaprèsÇa m’a pris un peu plus d’une heure, sans presser.

Petits bricolages

Dans mon articulet d’hier, j’affichais cette photo en guise de devinette. À quoi étaient donc destinés ces bâtons récemment teints? À ceci:

Qui a remplacé cela:

Qu’est-ce? Il s’agit de la contre-fenêtre d’été de la fenêtre de la cuisine. En hiver, il y a ceci:

… qui a grand besoin d’un rafraîchissement côté peinture, soit dit en passant. C’est d’ailleurs mon prochain projet.

Il y a longtemps que je voulais remplacer cette fenêtre moustiquaire plutôt disgracieuse et dont la moustiquaire en maillage de métal commençait à sérieusement s’effilocher. Tant qu’à remplacer le grillage, autant en profiter pour refaire la fenêtre au complet, surtout que les pièces de bois nécessaires (cinq planches de 2X1 de 8 pieds de longueur) sont très peu coûteuses. Même avec les cornières et les vis, le projet a dû coûter environ une trentaine de dollars au plus, incluant la moustiquaire.

Je voulais aussi remplacer cette moustiquaire parce que je craignais pour la sécurité des félins. La barre de renfort qui traverse la contre-fenêtre n’est pas que décorative; elle donne de la rigidité à la toile moustiquaire et permet d’éviter son déchirement si un chat, par exemple attiré par un oiseau à l’extérieur, décidait de bouter la toile hors de son cadre.

Comparaison de la face intérieure des moustiquaires ancien et nouveau (avec l’Inspecteur-Chef Edgar). Cliquez sur l’image pour la vue extérieure.

Il y avait un bout de temps que je m’étais lancé dans la confection de moustiquaires. Certain(e)s se souviendront de mes rénovations de l’été 2008, dont mon projet de doter quatre fenêtres du sous-sol de moustiquaires semblables. Ces moustiquaires fonctionnent toujours à merveille. J’avais pour projet dès 2008 de remplacer la grande contre-fenêtre de la cuisine, mais comme j’ai eu quelques distractions fort agréables, le projet avait été remis aux calendes grecques.

Comparaison de l’Épaisseur des cadres; comme l’ancien avait beaucoup de jeu dans son logement, il pouvait potentiellement être projeté à l’extérieur, surtout que les vis fixant les papillons tenant la moustiquaire en place étaient trop courtes.

Ce sont les chats qui ont ramené les moustiquaires au haut de la liste de projets domestiques, plus particulièrement Monsieur O, qui aimerait bien joindre ses amis R et E à l’extérieur lorsque ceux-ci vont jouer au jardin. Il s’est donc précipité, à quelques reprises, sur la moustiquaire de la porte arrière de la maison. Avec enthousiasme. Toutes griffes dehors dans une tentative désespérée de voir dehors. Si bien que cette moustiquaire avait grand besoin de remplacement. De plus, toujours pour la cause féline, il demeurait difficile d’ouvrir les fenêtres des chambres au-delà d’une dizaine de centimètres. La raison en était que les moustiquaires de ces fenêtres étaient particulièrement mal ajustées et qu’elles risquaient de tomber à l’extérieur. Il fallait en confectionner de nouvelles.

Je me suis donc procuré de nouveaux ensembles à cadres, incluant les quatre côtés, quatre cornières en plastique, du bourrelet à moustiquaire et bien sûr un rouleau de toile moustiquaire et l’outil indispensable:

Ma dernière expérience de remplacement de moustiquaires datait de 1981, si ma mémoire est bonne, alors que nous avions dû remplacer celles des fenêtres du bateau de mes parents. Je m’en souvenais fort bien et je savais comment procéder. C’est d’ailleurs fort simple.

Ou du moins cela l’aurait été si les fenêtres des chambres avaient fonctionné de manière standard. Remplacer les moustiquaires des portes fut très simple. Celles des fenêtres fut autrement compliqué. En fait, cela est dû au fait que les fenêtres coulissantes de ces chambres ne sont pas conçues de la manière standard. Elles ne sont pas dotées de bordures à ressort qui permettent d’enlever le panneau extérieur de manière à installer la moustiquaire. Il est donc impossible, dans ces conditions, d’installer un cadre de moustiquaire qui s’ajuste correctement à l’ouverture, puisqu’il doit être au moins aussi étroit que la hauteur ou la largeur de l’ouverture afin d’entrer dans son logement.Il m’a donc fallu faire preuve de créativité et installer ces bâtons de bois qui permettent d’asujettir les nouvelles moustiquaires. Cela ne suffisant pas à les empêcher de bouger latéralement (laissant également un jeu qui permettait aux insectes de s’introduire), j’ai également scellé le pourtour des moustiquaires des chambres avec le même produit employé pour hiverniser les fenêtres. Faut le faire… Mais au moins ça tient et nous pourrons désormais ouvrir les fenêtres sans crainte. Et c’est moins inesthétique que le ruban gommé qu’avaient employé mes propriétaires à ce même usage.

Mon prochain projet: permettre d’ouvrir la dernière fenêtre potentiellement ouvrable mais présentement scellée de manière permanente, qui est au-dessus de l’évier de la cuisine.

Cliquez sur l’image pour voir l’extérieur.