Pas encore!

rustisacNon mais… c’est pas vrai!?! Dites-moi que je rêve! Pourquoi est-ce que vous partez encore? Vous ne nous aimez plus? Au moins, emmenez-nous avec vous; vous voyez bien qu’il y a de la place!

Publicités

Notre destination

Grande Prairie BienvenueVoici donc le but de notre voyage. Nous étions à Grande Prairie, dans le nord-ouest de la province. Je parle au passé parce que nous sommes désormais revenus; je vous faisais patienter parce que je n’avais pas beaucoup de temps pour écrire en voyage. Je vous en reparle davantage sous peu. À tout de suite!

Un petit indice…

Mayerthorpe reconstruitSi vous ne savez pas où nous nous dirigeons… voici un petit indice qui se trouve en chemin. J’en ai déjà parlé ici.

Sur la route…

Route43Elles sont bien droites, les routes albertaines. Et larges. Même dans le nord de la province. Oui, nous sommes sur la route. Où? Mystère…

Je ne sais pas trop quoi en penser…

Gougueule a décidé de rendre disponible à ses usagers certaines des données géographiques que cette firme collecte via, bien sûr, la géolocalisation des appareils connectés, principalement les ordiphones, que possèdent ses usagers. Quelque part, c’est amusant: on peut retourner dans le temps (jusque quelque part fin 2013) et retracer ses pas… C’est aussi, comment dire, quelque peu inquiétant: on se sent presque traqué.

Google Map July 11 2015La photo ci-haut représente ce que Gougeueule a retenu de mes déplacements à Vancouver le samedi 11 juillet dernier, après la fin de la session de formation d’une semaine que j’ai suivie au Museum of Vancouver dans le cadre du Historical Thinking Institute. C’était d’ailleurs la raison de ma présence à Vancouver.

On peut donc voir, sur cette carte (et sur l’itinéraire qui apparaissait à gauche de la carte mais que je n’ai pas inclus dans l’illustration) que j’ai passé la matinée à l’Université de la Colombie Britannique (où nous présentions nos travaux de fin de cours), puis que je suis revenu à l’appartement que je louais avec W près de Kitsilano, avant d’aller dîner avec lui (ça, Google ne le saurait qu’en combinant nos deux télémétries) chez Max’s Deli et de visiter ensemble l’exposition sur c̓əsnaʔəm au centre culturel Musqueam. Par la suite, nous avons fait un peu de tourisme dans Gastown, puis sur l’île Granville, où nous avons acheté quelques souvenirs et accessoires qui serviront à l’enseignement. Nous avons ensuite pris le chemin de Vancouver-Nord pour y souper, et enfin revenir à notre condo loué.

Un outil amusant permettant de me remémorer ce que j’ai fait un certain jour? De quoi me permettre de prouver à mon employeur que j’emploie «bien» le temps qui m’est imparti pour mon développement professionnel? Ou un moyen de filature un peu inquiétante?

C’est tellement précis que, si on zoome au plus près, on peut voir son propre parcours à l’intérieur d’un centre d’achats. Dans l’itinéraire, les lieux apparemment visités apparaissent et Gougeueule nous invite à confirmer (ou à changer) ces lieux… de quoi nous apporter de la publicité de plus en plus ciblée, quoi (car on sait tous que c’est la source principale de profit de cette entreprise qui offre ses services «gratuitement». Il est bon de se rappeler que lorsqu’un service est offert à titre gracieux, ça veut tout simplement dire que le produit est son utilisateur et non l’inverse. Évidemment, ça marche par points de repère, et la route pour se rendre d’un endroit à l’autre est souvent un peu approximative (surtout si elle est parcourue un peu rapidement, en voiture, par exemple), mais c’est quand même impressionnant.

Quant à la collecte de données, elle est évidemment automatique. On peut choisir de ne pas les voir, mais il est impossible d’empêcher Gougueule de les recueillir. Cette nouvelle fonctionnalité permettant aux usagers de voir ce qui a été recueilli est, en quelque sorte, un effort de transparence… mais qui en révèle des tonnes sur les données qui sont recueillies sur nous par les outils technologiques que nous utilisons.

Pour en savoir davantage: Consulter et gérer son historique Google Maps et l‘article de Radio Canada qui m’a appris l’existence de cette nouvelle fonction (lu, évidemment, sur mon ordiphone).

Garantie évaporée

odometre-clioCet après-midi, alors que nous quittions Dryden en direction de Kenora, lors de notre périple de retour, nous avons pu voir s’évaporer ce qui restait de la garantie de Clio. Oui… nous avons passé le cap des cent mille kilomètres. Que cela se soit produit lors d’un voyage à travers le pays n’était que plus approprié. Il fallait donc s’arrêter en bordure de la route 17 et faire une petite photo…