Idéologie politique…

Je viens de m’amuser à remplir un sondage en ligne qu’on retouve via le site anglais de Radio-Canada: Vote Compass, publié à l’occasion des élections provinciales qui auront lieu le 23 avril prochain. Aucune surprise quant aux résultats: je suis bel et bien à gauche de la «gauche» qu’on nous offre. Le sondage ne considère que les quatre principaux partis en présence (de la droite à la gauche, le Wildrose, le parti Progressiste Conservateur (oxymore, quand tu nous tiens!), le parti Libéral et le Nouveau Parti Démocratique). Le parti émergent de l’Alberta, qui s’affirme «centriste» n’est pas représenté dans ce sondage, probalement parce qu’il s’agit de la première élection de cette formation politique et qu’elle n’a pas réussi à présenter des candidats dans l’ensemble des quatre-vingt-sept circonscriptions de la province.

Donc, je suis à gauche. Comme je le disais, aucune surprise là-dedans. Oui, je voudrais un gouvernement plus responsable de l’environnement, qui recueillerait des redevances plus justes de la part de la toute-puissante industrie pétrolière pour réinvestir ces revenus dans l’éducation, les services sociaux et les soins de santé. Je suis très conscient d’être dans la minorité minoritaire. Je suis donc plus près de l’idéologie néo-démocrate (duh!) que de celle des serviteurs de l’industrie qu’est le Wildrose.

Malheureusement, je vis dans un comté (ou circonscription) où, comme je l’ai lu quelque part lors de la dernière élection fédérale, il suffirait de peindre une pierre en bleu et elle gagnerait les élections. Le candidat conservateur fédéral durant cette élection l’a d’ailleurs démontré en ne se présentant pas à de nombreux forums communautaires auxquels les autres candidats se sont fait un devoir de participer. J’ose espérer, toutefois, que ce genre de mépris à la fois pour les électeurs et pour le devoir de représentation de tout député ne fera qu’un temps. Je ne retiens pas mon souffle… mais j’espère.

Le sondage nous demandait d’évaluer les quatre chefs de parti selon les critères suivants: la confiance que nous leur accordons et leur capacité en tant qu’administrateur. Précisons d’emblée que je ne peux pas vraiment dire que je fasse confiance à qui que ce soit en politique; malgré des désirs souvent authentiques de changer les choses, ceux-ci se voient souvent confrontés à des forces bien supérieures à leur énergie. De plus, au Canada, le système électoral qui est le nôtre ne nous permet pas de voter pour un chef de parti: nous votons pour un député et le parti qui remporte le plus de sièges en Chambre (ou à l’Assemblée législative) voit son chef devenir chef de gouvernement (Premier Ministre). Donc, je considère cette partie du sondage plus ou moins valide dans mon cas, car le ou la cheffe de parti importe bien peu dans ma décision.

Toutefois, il est très clair que je ne veux surtout pas voir Danielle Smith, cheffe du parti Wildrose, devenir Première Minstre. Celle-ci est clairement vendue aux intérêts du monde des affaires et son association passée avec l’Institut Fraser ne surprend pas. Nous retournerions clairement quelque part aux environs du Moyen-Âge avec sa vision qui promeut la privatisation dans tous les secteurs au nom d’un gouvernement plus «efficace». Déjà que nous vivons dans la province où le gouvernement se veut le moins interventionniste au pays!

Est-ce que je fais particulièrement confiance à Brian Mason, le chef du NPD? Je ne le connais pas vraiment. Et ça m’importe peu. Raj Sherman, chef du parti Libéral, est un ancien Conservateur qui a changé de parti suite à une controverse qui a fait la une des journaux ici l’an dernier dans le domaine de la santé… comme quoi la ligne entre les partis peut parfois être ténue. Les Libéraux albertains ne sont certes pas aussi à gauche qu’ils le paraissent sur le graphique ci-haut…

Celles et ceux que la question des élections albertaines intéresse feraient bien d’aller jeter un coup d’œil au blogue de Dave Cournoyer, un commentateur politique d’Edmonton. Quant à moi, je vais aller me renseigner sur le candidat local… Mon proprio se présente dans ce qui, jusqu’en 2010, était notre comté. Il aurait probablement eu mon vote à cause de son intégrité et par désir de voter stratégiquement, sachant très bien le peu de chances qu’un candidat du NDP a, dans ce coin de pays, de remporter un siège. Toutefois, comme on a changé les limites des circonscriptions, nous voilà dans un autre comté, où le vote stratégique serait ici libéral, étant donné le prestige local du candidat Michael Dawe. On verra…

Cliquez pour agrandir.

Vous voulez remplir le sondage? C’est ici.

Publicités

18 commentaires sur « Idéologie politique… »

  1. En France, ce genre de sondage n’aurait aucun intérêt. Les gouvernements n’ont plus leur indépendance et doivent obéir aux directives européennes qui sont plutôt des ordres que des suggestions. Deux pays d’Europe seulement ont réussi à échapper à leur emprise, la Suisse et la Norvège, qui sont ceux dans lesquels le niveau de vie est le meilleur et où on vit le plus heureux.
    Je ne me rendrai pas aux urnes pour voter en mai 2012. Je ne veux pas me contenter du candidat le moins mauvais et je n’approuve aucun des10 pré-sélectionnés par les media et le premier tour des maires de France, qui se sont abstenus de voter à 64% et donnent donc l’exemple à suivre, aller à la pêche.

  2. La vie est ainsi : on choisit la moins mauvaise solution , puisque l ‘idéal est inaccessible , par définition .

  3. Merci pour ton article Doréus, que je trouve extrêmement intéressant à plus d’un titre car il nous permet à nous étrangers de mieux comprendre votre système politique ou en tous cas les options disponibles.

    Je suis en désaccord presque complet avec le commentaire de «krn qui essaie de commenter» et en revanche assez proche de Patton sur ce point. Il me semble que quel que soit le pays, on finit toujours par choisir le moins mauvais et même si c’est un peu décevant et triste, espérer autre chose me parait somme toute idéaliste et franchement naïf.

    Je me demande bien pour qui je voterai au Canada dans quelques années , le temps pour nous d’avoir la citoyenneté, mais je suis en tous cas bien soulagée d’avoir devant nous ces quelques années de résidence permanente pour apprendre et comprendre le système et ses acteurs afin de faire un vote le plus éclairé possible en fonction de mes convictions le jour J.

    En France, les contours des partis politiques se sont largement floutés et les 2 grandes ailes politiques se sont toutes deux centrées jusqu’à laisser une place bien plus importante qu’avant aux extrêmes des 2 bords.
    La droite a un discours bien plus policé et social qu’il y a 50 ans, la gauche mord allègrement sur les plate bandes de ses rivales en prônant une certaine part de libéralisme et un contrôle de l’immigration….

    Bref, les choses ont bien changé, le «bord politique» ne veut pas dire beaucoup plus ici qu’une certaine idée que l’on se fait des choses, et la grande gagnante dans tout ca c’est l’abstention et aussi la démagogie insupportable que l’on nous sert constamment.

    Qui sait, peut-etre que le Canada me verra voter à gauche ??? Il sera intéressant d’en reparler dans quelques années autour d’un bon feu 😉

  4. Patton, ça doit bien pouvoir se trouver, ce genre d’exercice pour la France. Quant à choisir la moins mauvaise option, c’est malheureux, mais c’est souvent ainsi. Il y a plus que les convictions idéologiques qui entrent en jeu lorsqu’on se trouve dans l’isoloir. Souvent, au Canada, des considérations stratégiques entrent aussi en compte, notamment contre quel parti on veut se situer. Étant donné notre système uninominal à un tour, quand on sait que les dés sont pour ainsi dire pipés, comme c’est le cas en Alberta (où les conservateurs cherchent à se faire réélire après douze gouvernements majoritaires d’affilée; ils sont au pouvoir depuis 1971!), certains choisissent de faire compter leur vote de manière à se rassembler derrière le candidat qui risque le mieux d’empêcher le parti au pouvoir de se maintenir.
    Krn, bien que je comprenne ta désillusion et ton désabusement face aux options politiques offertes (je suis passé par là après avoir travaillé trois ans à la Chambre des Communes), je ne partage pas ton avis là-dessus. L’annulation du vote ou simplement le fait de ne pas se présenter pour voter joue, du moins au Canada, en faveur de l’apathie conservatrice au pouvoir. Le taux d’abstention en Alberta (à tous les niveaux, municipal, provincial et fédéral) dépasse les 50 pour cent. On ne peut pas parler de gouvernement vraiment représentatif dans un tel cas.
    Marine, le Canada en général a une vision assez «centriste» de la chose politique; cependant, comme en France, les extrêmes (surtout à droite) deviennent de plus en plus important et ont entraîné une érosion progressive de programmes sociaux qui fondaient non seulement le rôle de l’État dans la société, mais une partie de l’identité canadienne, de ce qui nous distingue de nos voisins au sud. Le vote massif en faveur du NPD au Québec lors des dernières élections fédérales représente en partie une réaction à ce phénomène. Je sens que nous aurons des discussions passionnantes dans les mois à venir…

  5. Je me réjouis d’avance ! En attendant, je me résigne à entendre inlassablement nos hommes politiques ici nous abreuver de démagogie et de belles paroles populistes et opportunistes…. élection présidentielle J-26 oblige !!!! Depuis la folie meurtrière du terroriste Mohamed Merah, la sécurité, le controle de l’immigration et la pénalisation renforcée de l’apologie de la haine sont miraculeusement revenus au centre des débats.
    Et hier, c’était les chiffres mensuels du chomage qui étaient annoncés : + 0,2%, soit un total de 2,867 millions de sans emploi (+6.2 % sur 1 an) niveau inégalé depuis 12 ans.
    Devine quel est le grand sujet de débat et de propositions (ou devrais-je dire promesses de campagne !) depuis hier…………..

    C’est assez navrant de voir les hommes qui nous gouvernent plus attachés au concept et aux gracieusetés du pouvoir, qu’à leur mission et à leurs mandataires…….

    J’ai bien peur cela dit que cette « maladie » soit la meme partout. Seuls ceux qui n’ont pas « d’ascenseurs » à renvoyer se permettent la franchise. Et rien ne dit qu’ils ne deviendraient pas tout aussi pourris-gatés (au sens de spoiled) par le pouvoir s’ils y accédaient.
    C’est carrément la nature humaine !

  6. En ce qui me concerne, je me rend compte que mes opinions politiques ont changées en grandissant pour un concept que je n’aurai pas forcement défendu auparavant : le moindre mal ! Concept que je remet en question en refusant d’aller voter en 2012 ! (cf krn pour ce point)

    J’étais très à droite dans mes idées. Je pensais que le gouvernement était un acteur déconnecté de la réalité sociale et économique, et qu’accorder une confiance extensive au secteur privée pour rencontrer la demande des consommateurs était la seule et unique solution pour rencontrer l’équilibre que tous nous promettent en vain.
    MAIS, trop confier le bien être d’une nation au privé en pensant que la recherche du profit ne prendra pas trop le dessus sur le reste est une monumentale erreur. L’être humain est si facilement perverti qu’il faut absolument des gardes fous !

    Pour résumer, je dirai que mon idéal serait un pays ou le gouvernement est répressif et libéral à la fois.
    – hyper répressif avec les abus de tous genres des personnes physiques ou morales (peines plancher conséquentes, interdictions d’exercer, de conduire, etc.. ; amendes, prison)
    – exra-libéral et facilitateur avec ceux qui jouent le jeu du progrès durable et du respect des règles et des autres (sans négliger les contrôles indépendants, contrairement à la France ou on se base sur la bonne foi, ou encore des institutions de contrôle qui sont directement ou indirectement intéressées aux acteurs contrôlés)

    Idéal impossible je sais…

  7. L’abus de Libéralisme , tout comme l’Abus de Socialisme …. est nuisible à la santé …. des Peuples .
    Je suis plutôt du coté du Libéralisme , car favorable à l’initiative individuelle .
    Cependant , tout systéme doit étre régulé . Par paresse intellectuelle , nos Libéraux – aprés l’échec du Marxisme – ont négligé toute forme de régulation . Or la nature humaine est forcément cupide et égoïste : Seuls les  » Angéliques  » n ‘ y croient pas !
    DONC , il faut réguler ( ce que De Gaulle avait bien compris , mais pas ses successeurs ) , même MITTERRAND avait laissé faire , à peine 2 ans aprés son élection , et l’échec de son projet Socialo- Bobo-Marxo-Neuneu ! Faut dire que c’était un éléve des Jésuites ( comme moi ) … donc Sophiste prêt à tout et à son contraire .
    Mon moteur Turbo peut monter à 8.000 tours ( mais il explose ) , c’est pourquoi il y a un limiteur à 7.000 tours ….. ça devrait être pareil pour le Libéralisme Occidental .
    PS : Quant aux motivations des votes présidentiels …..!!! Je me souviens d’une de mes employées qui votait Mitterrand ….. parce que son fils avait une moto …. et que le programme de « TONTON  » prévoyait la suppression de la vignette fiscale pour les motards …. VIVE la Démocratie !!!
    Le Candidat François II , dit le minus-cule , a trés bien compris que la taxation à 75 % des  » riches  » allait faire un  » tabac  » …. même si le seuil de + 1million d’Euros par an serait une goutte d’eau dans le déficit chronique du pays , depuis 1981 .
    Celà dit , comme il avait – 4ans avant- déclaré que l’on est riche à partir de 4.000 € / mois , je suis pas rassuré ………………….On commence à 1 million : ça donne peu ! On rajuste à 48.000 euros , et là = JACKPOT mon pôte …..
    Certains vont souffrir , mais pas les vraiment riches , comme d’hab ! Parce que les 10% les plus pauvres , et les 10% les plus riches sont moins  » profitables  » à l’Etat que les 80% restants .

  8. Marine, personnellement, je ne suis pas vraiment surpris de tes résultats. Ça explique jusqu’à un certain point pourquoi vous êtes tous deux plus attirés par Calgary que Montréal, par exemple, et que les troubles sociaux et l’inertie française vous agacent.
    L’Alberta prône le libéralisme économique et un certain conservatisme social. Les idées qu’Alex exprime sont assez près de ce qui constitue le discours politique majoritaire dans la province (ce qui forme le «centre»).
    Patton 80/20… encore?

  9. En passant, ce site offre des «boussoles électorales» pour diverses élections; il en mentionne un pour les élections présidentielles françaises de 2012, mais je ne suis pas arrivé à trouver le lien.

  10. Mais j’avais tout de meme cru comprendre que l’Alberta était franchement plus à droite qu’au centre…. non ? En faveur de la toute puissance du milieu pétrolier, pour une maxi privatisation des secteurs type hospitaliers, diminution au maximum de l’intervention de l’état, « préeminence » de fait des autres populations type wasp sur les first nations etc
    Et je me sens en franc décalage avec toutes les idées ci-dessus, ce qui expliquait, pour moi, cette position au centre légèrement gauche sur l’échiquier politique Albertain…
    Alex est plus libéral et à droite que moi sur les aspects économiques et sociaux majeurs.
    Lui se trouverait donc pile dans le courant de pensée majoritaire de l’AB, mais pas moi…. si ?
    Merci de tes explications !!!! 🙂

  11. Ce que je veux dire, c’est que ce qui constitue le «centre» n’est pas un absolu. Étant donné que l’Alberta est effectivement franchement plus à droite, comme tu le dis, son «centre» politique se situe également beaucoup plus à «droite» que si l’on considérait un «centre» absolu dans l’abstrait. C’est pourquoi Alex, qui se trouve dans le courant de pensée assez majoritaire, se trouve assez près de la pensée «centriste» albertaine (et pourquoi je me trouve aussi loin à gauche de ce centre relatif). Quant à toi, ta situation près de l’axe central au plan des idées sociales s’explique probablement parce que l’Alberta voit une variété assez considérable d’idées sociales coexister (pensée environnementaliste au niveau individuel mais pas au niveau industriel, par exemple). Que dire du fait que tu te trouves à gauche du centre économique? Je ne suis pas sûr. Évidemment, cet outil n’est pas parfait et il est assez hasardeux de résumer la pensée politique de quelqu’un à partir de 25 questions, aussi représentatives soient-elles…

  12. Ok merci ! J’ai compris du coup 🙂 effectivement centre absolu et centre « réel » ou en tous cas centre de fait dans un pays ou une province ne veut pas dire la meme chose.
    En tous cas, ce que je retiens de ce test et de l’échange qui en a suivi, c’est que le paysage politique albertain est bien + fortement ancré à droite que ne l’est la France, et qu’au final, mon impression d’etre « franchement à droite » depuis toujours n’est peut etre vraie surtout que dans mon pays actuel, et que dans un autre, comme l’Alberta, je serai un peu plus au centre.
    Mais il est vrai qu’en France actuellement, notre droite n’est pas franchement à droite non plus, d’où probablement un tel résultat au test 🙂
    Comme tu le dis : de passionnants débats à venir !
    As-tu su que la cérémonie d’ouverture du peace bridge à Calgary a inclus une bénédiction prononcée par un « ancien » First Nation ? (d’ailleurs quel est le terme approprié en Francais ? beaucoup des termes par lesquels on traduit First Nation me semble avoir une connotation un peu raciste ou tout du moins condescendante et impéraliste)

  13. Oui, j’ai vu les reportages sur le pont de la Paix. La traduction française du terme anglais «elder» (lui-même une traduction assez approximative des concepts utilisés par les membres des Premières Nations elles-mêmes) est plutôt difficile. Quand j’entends Oyaté parler des elders le terme signifie parfois simplement «personne âgée» dans son acception la plus large, mais parfois aussi quelque chose qui s’approche de «personne âgée dont l’expérience de vie et la sagesse reconnue par la communauté lui donne une autorité morale au-delà de sa famille immédiate». Cependant, simplement vu leur âge, toutes personnes âgées ont droit à un certain respect, même celles qui ont peut-être été mêlées à des activités qui réduisent leur prestige et respect dans la communauté. Quand Oyaté utilise ce terme, il y a toujours un ton de profond respect, ce qui lui donne probablement un avantage dans son travail, où il est en contact avec de nombreuses personnes âgées (dont la plupart ne sont pas amérindiennes), mais il leur porte toujours un énorme respect dès l’abord, alors que le personnel soignant «blanc» approche souvent ces mêmes personnes avec un certain mépris, voire dédain. Évidemment, les patients le sentent et Oyaté est très apprécié.
    En ce qui concerne la cérémonie, généralement, lorsqu’on invite un «ancien» (terme souvent utilisé en français) pour une cérémonie officielle comme une bénédiction, il s’agit d’une personne qui répond au second critère. Si la cérémonie se déroule à l’intérieur de la communauté, il s’agit aussi souvent de quelqu’un que la communauté reconnaît pour ses pouvoirs sacrés (homme ou femme-médecine). Quand vous serez parmi nous, il faudra vous emmener à des événements communautaires… ça prendra tout son sens.

  14. Le problème du Bloc, c’est que, comme le dit l’ami Boris du PQ, «il signale à gauche, puis vire à droite». Il s’agit non pas tant d’un parti qui porte un agenda (ou même une idéologie) mais seulement une mission d’objection et d’obstruction. Par conséquent, le situer à gauche, même si c’est partiellement vrai, n’est pas vraiment exact…

  15. il me semble qu’en 2010 nous avions failli pu nous rendre avec vous à un Pow wow (orthographe ???) mais il avait lieu quelques jours à peine après notre départ 😦
    Cette fois sera la bonne !!!

Les commentaires sont fermés.